Mon Chêne

L’oeil du Chêne (photo Elizabeth Dallet)

« Mon chêne,  je te retrouve sous le soleil torride
Mon chêne lacéré par les crocs des chenilles
Qui me rend mon pays échappant sous le masque
Insulte maculée des fleurs à sa ligne aride
Subtil désert de volupté brûlante
Malgré le fouet bruissant des mouches acharnées
En brassées piétinant le silence de buse
Hier le vent du nord me poussait hors les cimes
Perdue étais-je dans le rire d’une terre
À sa vérité âpre,
Ingrate à l’étranger
Mon chêne se souvient d’une joie détruite
Mon chêne baise mes mains de ses feuilles meurtries
Avec lui fidèle, je retourne à moi-même »
Un poème de Pierre Ménanteau,   proposé par Elizabeth Dallet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.