Forêts anciennes

 

 

IMAG0342
Alain Gilles Bastide, Didier Mulnet, Albert David (TR prospective)
IMG_4844
Jean Marc Ghitti, Vincent Létoublon, Didier Mulnet, Maryse Tort, Anthony Porte (TR Mémoires)

Le RÉCIT de la Journée du 11 Juillet 2016 consacré aux Forêts Anciennes est indexé sur le site de l’Institut Charles Cros (rubrique « nouveaux articles) , sous le titre

 Forêts anciennes, pensers nouveaux …

FA le 11 jiullet
Didier Mulnet, Maryse Tort, Anthony Porte, Juliette Tilliard Blondel, Benoit Renaux, Nicole Barrière (TR mémoires)

———————————————————————————————————————-

♥Principes, déroulé et préprogramme  du 11 juillet 2016Créa &TCBN_Massif_central

Principes de la Journée Créativités &Territoires

consacrée aux FORÊTS ANCIENNES 

Quelques  idées pour  comprendre notre attention aux Forêts anciennes… Une forêt ancienne prend ce titre à partir 200 années de présence forestière. Elle participe profondément de la biodiversité, puisque certaines espèces à faible capacité de dispersion mettent très longtemps à reconquérir les forêts plus récentes.

Parmi ces forêts, une très petite proportion est constituée de peuplements matures, riches en vieux arbres et bois mort, d’importance cruciale pour la biodiversité forestière. En effet, un quart des espèces sylvestres vivent et se développent sur des formes végétales en décomposition, alimentant les grands cycles de la régénération forestière.

Ces vieilles forêts, dites aussi à caractère naturel, se rapprochent de la pensée de la « Forêt primordiale » développée par le philosophe et photographe Bernard Boisson, voire de la forêt vierge,  « madre selva » (la « forêt mère » des Amérindiens d’Amérique du sud).

L’Auvergne, naguère Gaule chevelue, est passée par une période d’intenses déboisements jusqu’au XIXe siècle : elle ne conserve de cette époque que les lambeaux de 10 % des forêts primitives. De plus, celle-ci ont été fortement façonnées par l’Homme, et les vieilles forêts sauvages sont encore beaucoup plus rares.

Culturellement,  la France est pionnière de l’espace du jardin et de la forêt façonnée en taillis ou en futaie. Il s’agit d’une vision où l’agriculteur rejoint le forestier classique, celui qui veille à l’approvisionnement en bois. A l’inverse, la Roumanie a gardé des forêts sauvages jusque dans son vocabulaire puisqu’il existe un mot qui signifie « forêt vierge ».

Aujourd’hui, le questionnement sur le bois de chauffage et de construction ne doit plus occulter la préservation des forêts anciennes et particulièrement des derniers exemples de forêts à caractère naturel, réservoirs des formes et des métamorphoses les plus archaïques, sources des émotions structurantes de l’héritage du vivant.  Ces forêts, dans leur diversité et leur pérennité mystérieuse,  interrogent en profondeur une civilisation  contemporaine qui  vit désormais au court terme.

Cette rubrique prépare la rencontre de l’été 2016 autour des mythes, des récits et des observations botaniques qui peuvent construire le portrait de ces forêts anciennes,  énigmatiques grand- mères tutélaires d’un paysage en évolution permanente..

L’attention aux Forêts anciennes est, à la fois, une idée neuve et l’expression de la résistance du vivant. En effet, la forêt ancienne, En effet, la forêt ancienne, riche en peuplements matures, bois morts et vieux arbres (dits parfois « vieille forêt »), nous offre une source d’inspiration et de mémoire. Elle constitue aussi les ressources de l’avenir, tant du point de vue de la biodiversité, des activités humaines, du lien social que de la beauté du monde…

La thématique des « Forêts anciennes » s’organise autour de trois Tables rondes consacrées aux atouts, aux mémoires et aux ressources forestières. Selon la dynamique « Créativités &Territoires » déjà à l’œuvre en 2010, 2013 et 2015  (cf. rubrique « Créativités &Territoires », www. institut-charles-cros.eu), une large place est donnée au débat, afin d’enrichir les connaissances de chacun. Confronter les expressions (récits, photographies, données chiffrées) des intervenants invités aux expériences apportées par le public, permet de comprendre sous ses multiples formes, passées et présentes, les enjeux contemporains des forêts anciennes.

Dans cette Journée créative, les mythes, les savoirs et les représentations de la forêt ancienne (vieille, primordiale, vierge, sauvage ou primitive), se répondent en de surprenants dialogues.

————————-

La Journée du 11 juillet se déroule au CBNMC  (le Bourg Chavaniac-Lafayette) (plan numéro 4)  et le repas, tiré du sac, est pris en commun (Annexe Lafayette, numéro 7).planweb2

La Journée Créativités & Territoires est organisée par le Conservatoire national botanique  du Massif Central et l’Institut Charles Cros (programme international de recherche Éthiques de la Création) , dans le cadre du Festival des Arts ForeZtiers (partenariats Communauté de Communes de Paulhaguet et PNR Livradois Forez).

Contact  CNBMC, téléphone inscriptions :  04 71 77 55 65.

L’inscription du public est gratuite, mais nécessaire, car le nombre des places est limité. Si vous voulez déjeuner à l’Annexe Lafayette avec les intervenants , veuillez apporter votre part de pique-nique.

Un espace de librairie sera ouvert  au Conservatoire, lors de cette Journée.

♥ Déroulé de la Journée FORÊTS ANCIENNES

9 heures Accueil des participants et du public au Conservatoire (Chavaniac-Lafayette)

9 heures 30 : Allocution de bienvenue : Marie-Christine DELABRE (Communauté de Communes de Paulhaguet et CBNMC)

Présentation de la Journée : Sylvie DALLET (présidente Institut Charles Cros, vice-présidente Conseil scientifique PNR Ballons des Vosges) & Vincent LÉTOUBLON (directeur CNBMC)

9heures 45, Matinée Mémoires forestières

Table Ronde avec Nicole BARRIERE (poète de la Forêt de la Comté, commune de Saint-Babel), Jean-Marc GHITTI (philosophe, la forêt est notre intime), Bernard BOISSON (photographe, la forêt primordiale),  Émilie MAJE (ethnologue, Sibérie, éditions Borealia, sous réserve)

modératrice : Sylvie DALLET (Institut Charles Cros)

Midi : Repas tiré du sac et partagé

13 heures 30 – 15 heures 15: Ressources de la forêt ancienne

Table ronde  : Anthony PORTE (PNR Volcans d’Auvergne, photographe), Benoit RENAUX (programme Forêts anciennes CBNMC), Nathanaël LEFEBVRE (un exemple de faune protégée : la petite chouette, PNR Livradois-Forez)

Modératrice : Juliette TIILLIARD-BLONDEL (CNBMC)

15 heures 30 : Prospectives et futurs sylvestres

Table ronde avec Albert DAVID (professeur des universités, chaire de l’Innovation Paris Dauphine), Philippe COCHET (Chargé de mission à l’association Forêts Sauvages,
Administrateur SNPN ,  Conseil Scientifique Régional du Patrimoine naturel), Alain-Gilles BASTIDE (photographe des forêts de Tchernobyl), Franck WATEL (scénographe, graphiste, auteur), Roland de Miller (Bibliothèque,de l’écologie)

Modérateur : Didier MULNET (ESPE Clermont-Chamalières)

17 heures Synthèse générale : Sylvie DALLET & Vincent LÉTOUBLON

Allocution de clôture : Nathalie BOUDOUL (vice-présidente CBNMC et PNR Livradois Forez)

——Le thème des Forêts anciennes sera présenté lors de la Journée d’études du 11 juillet 2016 au Conservatoire botanique national du Massif Central, partenaire des Arts ForeZtiers. Il sera abordé, discuté et mis en images et en sons  par la dimension « Créativités & Territoires » ( cf. définition www. institut-charles-cros.eu)

Ce thème pionnier  a été initié  par les équipes du Conservatoire botanique national  du Massif central, qui sont associées à des équipes de recherche de l’université de Limoges.

img283

 

4641,retour aurouzeQuelques informations sur les intervenants extérieurs pressentis  de la Journée « Créativités &Territoires »  du 11 juillet (liste non close) :

Nicole BARRIÈRE : écrivain, traductrice, éditrice de poésie (collection Harmattan), vit et travaille entre le village forestier de Saint-Babel (Puy de Dôme) et ST-Etienne (présidente de l’Association AME).

Alain-Gilles BASTIDE : photographe et écrivain (www.agb-images.com). Cet auteur engagé  s’attache a montrer l’environnement de Tchernobyl, où la végétation a repris ses droits contre la vie humaine. Dernières publications :  Tchernobyl Forever (carnet de voyage en enfer), édition Photomorphisme, 2014

Bernard BOISSON : écrivain, philosophe et photographe  des forêts et de la nature sauvage (Forêt primordiale, éditions Apogée), Site  : www.natureprimordiale.org

Philippe COCHET : Président Fédération Nature Haute-Loire,  Membre du Conseil Scientifique Régional -Patrimoine Naturel d’Auvergne-Rhône-Alpes, Chargé de mission à l’association Forêts Sauvages, Administrateur SNPN , FRAPNA.

Albert DAVID : professeur des universités en gestion et management (Paris-Dauphine, chaire de l’innovation).  Expose des photographies inédites pour les Arts ForeZtiers 2016.

Jean-Marc GHITTI : auteur, philosophe spécialiste de l’éthique (http://jean-marc-ghitti.jimdo.com), vit et travaille au Puy en Velay (association AME, Mezenc-Emblavez)

Émilie MAJE : ethnologue, spécialiste de la Sibérie, directrice des éditions internationales Boréalia (Paris, www.borealia.eu)

Anthony PORTE : technicien au PNR des Volcans d’Auvergne , photographe  de la faune et des paysages, auteur  du livre : « L’Artense, le dernier royaume d’Auvergne » aux éditions Revoir (contact Facebook, AntonyPortephotography)

Franck WATEL  : graphiste et concepteur d’espaces, Franck Watel a conçu des expositions et des signalétiques d’espace. Passionné par la forêt, il   développe la résidence de la belle Étoile à Grahy (Vals d le Chastel) et se définit, au travers l’ouvrage des Iles d’Auvergne, comme un « archéologue du futur ». Il expose aux Arts Foreztiers 2016 des dessins issus de l’expérience des Iles d’Auvergne.

Les équipes du Conservatoire national Botanique du Massif central  et du Parc naturel Régional du Livradois-Forez vont également présenter leur travail :

Juliette TIILLIARD-BLONDEL, Benoit RENAUX & Anne VILLEMEY : programme Forêts anciennes CBNMC,

Jean-Claude CORBEL  : un exemple de faune protégée, la petite chouette (PNR Livradois-Forez)


Un texte à relire  issus de La saga de YOUZA, récit lituanien du romancier  Youazas Blatouchis (1909-1991)

« Quand revenait le printemps, Youza était heureux, en entrant dans la forêt de voir se gonfler les bourgeons dans les arbres et les buissons, les merisiers à grappes suffoquer sous le poids de ses fleurs, la filipendule balancer sa mantille jaune. Et chaque automne, il se réjouissait de ce que la forêt flamboie du rubis de l’obier, s’illumine du vieil or rouge des planes, de voir le sorbier incliner le cuivre de ses corymbes et de sentir monter du sol un parfum de marasmes et de lactaires.

Lui, Youza n’avait pas oublié les leçons de son grand-père Yokoubas : « Quand tu vas dans la forêt, n’y va pas en promeneur, mais pense que tu vas dans ta famille. Pas seulement pour rapporter de bois ou des champignons, mais pour regarder comment poussent les arbrisseaux, comment le sol se tapisse de mousse ».IMG_4630 bouleaux

 

———————————————————————-

IMG_4369Cette photographie est issue de la plus ancienne hêtraie de France (lieu dit du Gros Fouteau), que la Forêt de Fontainebleau a su préserver.

Sylvie Dallet