Les enfants verts, conte ou prophétie de la forêt nourricière ?

peinture Sylvie Dallet (techniques mixtes, automne 2019)

Olga Tokarczuk, prix Nobel de littérature 2018, est aussi une femme engagée, attentive à la nature des hommes et des plantes. Elle a publié un extraordinaire roman policier favorable aux animaux, dans lequel elle se met en scène, horrifiée par la chasse :

Sur les ossements des morts (2012) est un roman proche du style de Fred Vargas, finesse et humour brodent un récit foisonnant qu’il faut lire et relire.
On connait moins son opuscule les Enfants verts, un conte initiatique qui s’inspire pour les métamorphoser deux épisodes mythiques de deux enfants issus de la forêt anglaise, allemande puis polonaise.

Pour mémoire, des récits anglais du XII ème siècle mentionnent une première fois l’apparition d’enfants verts. Dans le comté de Suffolk, deux enfants à la peau verte seraient apparus, capturés dans la forêt par les paysans village de Woolpit. Frère et sœur, les enfants verts s’exprimaient dans une langue inconnue et refusaient de manger autre chose que des fèves. Au fil du temps, ils apprirent à se nourrir d’autres aliments et perdirent leur couleur verte, mais le garçon, malade, mourut peu après le baptême des enfants. La fille s’adapta à sa nouvelle vie, mais son comportement continuait à présenter des signes d’insoumission à la vie en société.

Cette histoire n’est mentionnée que dans deux sources médiévales : l’Historia rerum Anglicarum et la Chronicum Anglicanum. Elle constitue peut-être un compte rendu d’un événement ayant réellement eu lieu, mais il est possible qu’il ne s’agisse d’une légende populaire décrivant une rencontre imaginaire avec des créatures souterraines ou extraterrestres. Le mythe se situe là dans toutes ses caractéristiques : apparition, étrangeté, relatée oralement par la mémoire populaire. Le poète et critique britannique, Herbert Read s’inspire en 1934 du mythe au travers son unique roman, L’enfant vert. Dans ce récit, le héros, The Green Child,  retrouve la soeur et voyage avec elle dans le monde d’origine des enfants verts, où il découvre la sagesse et le sens de l’Univers. Une sorte de Petit Poucet qui n’aurait pas quitté la forêt nourricière.

L’auteur John Macklin a raconté une histoire très similaire à celle des enfants verts dans son livre Strange Destinies (1965), qu’il situe en Espagne dans un bourg nommé Banjos. Un après-midi du mois d’août 1887, deux enfants sortirent d’une grotte située aux alentours du village de Banjos. Ils marchaient en se tenant par la main et traversèrent un champ où des paysans étaient en train de moissonner. Ils avaient l’air craintif et ils parlaient un langage incompréhensible. Leurs vêtements étaient faits d’un tissu inconnu et leur peau était complètement verte. Comme les enfants du Suffolk, le garçon ne survit pas, tandis que la fille vécut encore quelques années, intégrée en apparence à la communauté du village.

Dans la culture des pays celtiques, le vert est souvent associé au peuple du Sídhe, fées qui vivent dans des royaumes souterrains bâtis sous les tertres. Une autre symbolique relie la couleur verte à la mort, en accord avec la conception traditionnellement répandue selon laquelle les fées seraient les esprits des personnes défuntes. 
La couleur verte sous-entendrait donc que les deux enfants venaient du monde des fées/des morts. Selon certains folkloristes, ce fait serait renforcé par le fait que dans la culture populaire les fèves sont la nourriture des défunts. L’hypothèse extraterrestre est également régulièrement évoquée.

L’histoire des enfants verts se retrouve en Europe centrale : Olga ToKarczuc lui consacre un conte très court où elle suggère une sorte de communauté anarchiste d’enfants retournés vivre dans les arbres, à la peau légèrement verdâtre, par proximité des feuilles.

L’époque a changé de visage, mais la double découverte reste la même : deux enfants apeurés, dont l’existence mystérieuse fait réfléchir les scientifiques et créent de la légende…
Au XVIIe siècle, William Davisson, un botaniste écossais, devenu médecin particulier du roi polonais Jean II Casimir, suit le monarque dans un long voyage entre la Lituanie et l’Ukraine. Esprit scientifique et curieux, il étudie les rudesses climatiques des confins polonais et les coutumes locales. Un jour, lors d’une halte, les soldats du roi capturent deux enfants. Les deux petits ont un physique inhabituel : outre leur aspect chétif, leur peau et leurs cheveux sont légèrement verts… Le médecin va observer leurs comportements…

Comment ne pas songer à cette insurrection actuelle des enfants pour le Climat ?
L’imaginaire se déploie à des moments de faille… dans une forêt qui nourrit des Enfants verts…

Forêts russes

L’Homme qui a surpris tout le monde (Человек, который удивил всех) est un film russe réalisé par Natalia Merkoulova et Alexeï Tchoupov, sorti en 2018. Il se déroule dans la forêt sibérienne : un garde forestier, diagnostiqué cancéreux et incurable se fie à un récit ancien d’une chamane qui lui suggère de « tromper la mort ».

Au travers cette intrigue qui part d’une anecdote, se déroule le mystère des forêts russes, à la fois présence magnifique et reflet de l’intériorité touffue, mais dont la connaissance précise nous fait défaut. nous avons entendu parler des « forêts rouges », issues de la catastrophe de Tchernobyl, forêts irradiées qui brûlent régulièrement chaque été dans l’indifférence générale (pour exemple l’exposé d’Alain Gilles Bastide en 2015 lors du Festival des Arts ForeZtiers) .

Nous savons aussi qu’autour du la Baïkal, les communautés Bouriates continuent des rites chamaniques colorés. Nous avons connaissance de la magnificence des forêts russes au travers de bribes de films traversés par des trains : Docteur Jivago en est un bel exemple, écrit par Boris Pasternak en 1957 et adapté au cinéma par David Lean en 1965, succès mondial de l’édition et du cinéma tout à la fois.


Parmi les peintres, nous avons tous en mémoire les ours, surpris au matin dans une forêt de pins, par Ivan Chichkine, sans doute son tableau le plus connu car sa reproduction enveloppe désormais les bonbons dont les écoliers russes raffolent. Ivan Chichkine (1832-1891) est un peintre forestier dont le talent donne le vertige.

Un bel article de Jean Pinon, « Forêt, arbres et arbustes russes », (in Revue Forestière, Fr. LXX – 1-2018 – © AgroParisTech) recense les occurrences des arbres dans la peinture russe contemporaine et, particulièrement celle des Ambulants, qui à la fin du XIXe siècle ont refusé les thèmes mythologiques ou religieux imposés par le pouvoir, pour présenter les paysages de la Russie, et, particulièrement sa touffeur sylvestre.

Il écrit : « Les peintres russes ont beaucoup travaillé dans la forêt boréale autour de Moscou (Abramtsevo), de Saint-Pétersbourg (Peterhof, la Neva et ses affluents) et l’île de Valaam (Carélie). En Crimée, leurs sites favoris étaient Alupka, Gursuf et Bakhtchissaraï. Les principales essences forestières représentées par les peintres russes sont, par ordre décroissant de fréquence : le Bouleau (38,8 % du total des essences majeures), l’Épicéa (22,7 %), le Pin (14,0 %), le Chêne (7,9 %), le Cyprès (6,3 %), le Peuplier (4,8 %), le Saule (4,8 %) et le Hêtre (0,6 %). Elles représentent les deux tiers des œuvres russes inventoriées. (…) Les peintres russes se sont intéressés à toutes sortes de dommages subis par les arbres. Il s’agit souvent d’adversités climatiques. Plusieurs toiles illustrent les dommages dus au vent. Savrassov, dans Après l’orage a peint un arbre couché en partie par le vent, Nikolaï Georgievich Makovski (Bois en été) montre un chablis, Klever (La Forêt) associe chablis et volis. Kontchalovski (Les Arbres dénudés) suggère une défeuillaison et quelques rameaux cassés. Ce dernier illustre aussi le givre couvrant un feuillu (Arbre givré) et la défeuillaison consécutive au déficit hydrique (Sécheresse). La foudre tombée sur un arbre est suggérée par Maxime Nikiforovich Vorobiev dans une œuvre dépouillée et très esthétique (La Tempête. Le Chêne foudroyé). Polenov a illustré l’incendie de forêt (La Forêt brûlée). Dans Cimetière forestier, Chichkine montre de nombreux troncs d’épicéa au sol, couverts de neige, sans que la cause soit précisée.

Le plus productif est Ivan Ivanovitch Chichkine (1832-1898), peintre de la forêt boréale et aussi le plus figuratif de tous. Certaines de ses peintures sont si précises qu’elles pourraient être confondues avec des photographies. Ses contemporains l’ont, à juste titre, surnommé le Titan de la forêt. Ivan Nikolaïevitch Kramskoï l’a peint en 1873 dans une tenue bien adaptée au travail en forêt. La précision de son trait et le souci du détail suggèrent une observation attentive in situ. Il a surtout peint des chênes (généralement vénérables développés sans concurrence en espace ouvert), des pins (sylvestres) et de remarquables pinèdes, parfois des épicéas, des bouleaux. Sa réputation se traduisit par l’édition de plusieurs timbres russes, l’un le représentant en portrait et d’autres montrant certains de ses tableaux (Matin dans une forêt de pinChamp de seigle, Dans le Nord sauvage). La Guinée et le Mozambique lui ont aussi dédié des timbres. »

Nous avions reçu en 2018 et 2019, la peintre Olga Kataeva, qui est aussi une spécialiste d’Eisenstein, actuellement à l’honneur dans la future exposition du Centre Metz Beaubourg. Nous espérons sur le village de Chavaniac-Lafayette, le lieu du Festival de création, admirer encore plus la relation que les populations russes et non-russes ont tissé avec la forêt nourricière, thème de notre prochain Festival 2020.

Babayagas, l’ours Michka, contes russes et mystères des confins forestiers…

Chamanismes et plantes hallucinogènes

Un article du Monde écrit par le journaliste Frédéric Joignot (édition du 2 août 2019) écrit ceci :

« Du 28 août au 1er septembre, la première Université d’été du chamanisme ouvrira ses portes à Cogolin (Var). Elle sera animée par « des scientifiques, des chercheurs, des anthropologues, des écrivains et des représentants de traditions celte, néo-zélandaise, maori, shintoïste, congolaise et mexicaine », nous dit-on au Cercle de sagesse de l’union des traditions ancestrales, qui a déjà orchestré du 25 au 28 avril à Genac (Charente) le douzième Festival du chamanisme. L’événement, alternant débats, évocations de la « Terre-Mère » et cérémonies coutumières, a accueilli « 180 chamans et femmes ou hommes médecines » venus des cinq continents, et attiré quelque 4 000 visiteurs.

Cet engouement pour le chamanisme, considéré par certains anthropologues comme la religion originelle de l’humanité, se manifeste en Europe, aux Etats-Unis ou au Canada depuis une quinzaine d’années. Rassemblements, conférences, cursus universitaires se succèdent, et des milliers d’Occidentaux se rendent régulièrement en Amazonie pour participer avec des chamans guérisseurs (curanderos, de l’espagnol curar, « soigner ») à des rituels de prise d’ayahuasca (du quechua aya, « défunt », « esprit », « âme », et huasca, « corde », « liane »), une boisson indigène médicinale hallucinogène à base de plantes macérées. D’après le médecin et historien équatorien Plutarco Naranjo, auteur de Mitos, tradiciones y plantas alucinantes (Université Simon Bolivar, 2012, non traduit), l’ayahuasca est utilisée depuis 2000 à 4000 ans par les Amérindiens, qui la surnomment « la liane de l’âme ». M. Naranjo reproche d’ailleurs à Claude Lévi-Strauss d’avoir sous-estimé l’importance des plantes psychoactives dans les civilisations précolombiennes. »

Ne pas oublier que le chamanisme est une médiation de soin à l’autre et de rééquilibre subtil du monde qui environne le chaman. La communauté et la relation qui le relie à la communauté reste le fondement de sa pratique de dialogue avec les plantes, le cosmos et les esprits.
Forêt nourricière, oui, mais dans sa diversité et ses aventures… les mystérieuses ramifications de la conscience augmentée et du vivant.

Cet article très documenté signale les dernières publications internationales liées au chamanisme, particulièrement les expériences liées à cette liane magique qui peut se révéler tragique pour des utilisateurs inexpérimentés.
Si les philosophies du chamanisme mettent en valeur le fait que la forêt est un espace de soin dans sa diversité spirituelle, la liane de l’ayahuasca n’est pas une condition nécessaire pour devenir chaman… Heureusement l’être humain peut puiser en lui et dans son attention au monde vivant des expériences qui le dispensent de drogues.

Photographies ( ombre rivière Guyane) et peintures « Foret des âmes » Sylvie Dallet.

Logo Urubamba.

Récits de la Fête des Plantes

Une fête c’est d’abord un récit construit ou imaginé de différents points de vues. Un kaléidoscope de souvenirs.
Ceux ci vont être complétés dans ce mois de juillet propice à l’écriture et aux images. une retraite nécessaire en Auvergne qui se pare de sorties pour le plaisir de estivants. Une grande banderole de tissu peinte par Eddy saint Martin annonce les deux salles d’exposition : celle des Arts ForeZtiers et celle de leur partenaire Adrienne et Eugénie…

Nous allons raconter la buvette tenue par les cuisinières Anne et Fanny Monsonis tandis que Gilbert Schoon et Martine Guitton s’activent à leurs côtés pour proposer tripes et soupe d’ortie aux convives. Pascal Masson qui les accompagne au trombone. Des petites tables protégées du soleil par les parasols de Lolly, présentés lors du premier Festival en 2010.

Une exposition photographique originale sur des pinces à linge en extérieur par Albert David secondé de Céline Mounier, qui, par deux fois, nous brosse une sensible et brillante conférence sur la reforestation urbaine en Inde.

Retour de voyage et d’expérience…

Des insectes et des plantes peintes par Diane Cazelles. Des sculptures en tôle d’Eddy Jean Rémy venu d’Haïti. Un petit tableau de fleurs et de fruits peint par Ermeline Dodici d’après les maitres hollandais du XVIe siècle.
Des images insolites de la Guyane par Sylvie Dallet…

Des photographies de jardins russes d’Olga Kataeva et de Kirill Bugaev.

Feuilles- Kirill Bugaev

Fête des Plantes à Chavaniac-Lafayette les 1 et 2 juin

L’association festival des Arts Foreztiers participe à la foire « Fête des plantes » organisée par l’association Les Jardins Fruités, le week-end du 1 et 2 juin 2019 à Chavaniac Lafayette. Le thème en est « jardins au naturel »…

A la Ferme saint Eloi, devant la grille du Château dans le jardin et dans la grange… ancienne ferme restaurée des Lafayette

Plusieurs artistes sont pressentis et seront présents pour continuer le dialogue des Arts ForeZtiers sur le jardin et les dépendances de la Ferme Saint Éloi, devant le château de Chavaniac.

Pour l’occasion, la mandragore géante créée par Franck Watel (avec Eddy Saint-Martin) pour le Festival 2018 sera de sortie…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce partenariat des Arts ForeZtiers aux Jardins Fruités s’exprime par un exposition d’oeuvres originales liées au jardins du monde (Guyane, Russie, France) :

– les photographies inédites de Sylvie Dallet (jardins de Guyane, route de Saint Laurent du Maroni) d’Albert David (les pins de boulange du Zouave et fleurs étranges)

et celles de deux artistes russes : Olga Kataeva (Lignes de vie au Jardin) et Kirill Bugaev (les jardins historiques de Kommunal et de Peterhof, Russie)

Olga Kataeva Rose neige
Feuilles- Kirill Bugaev
  • des peintures d’Eddy Saint-Martin et de Diane Cazelles, des sculptures forgées des Forgerons de Noailles et bien d’autres surprises créatives et artistiques…
  • et toujours le partage de l’écurie historique de la Ferme Saint Éloi avec l’association « Adrienne et Eugénie » qui y exposera des dizaines de photographies locales..
  • et aussi une buvette et la possibilité de goûter des tripes à l’ancienne et la soupe d’orties, préparées par Anne Monsonis et Gilbert Schoon
  • des conférences sur la reforestation en Inde par les globe-reporters des Arts ForeZtiers, Céline Mounier et Albert David à 16 heures le samedi et le dimanche

Weixuan Li, vernissage parisien

La jeune peintre Weixuan Li (elle vient d’avoir trente ans) retourne en Chine en cette fin d’avril 2019 et promet de revenir dès que possible au Festival des Arts Foreztiers. Elle vient en effet d’être reçue docteur en Art par l’Université de Paris Saclay, sous la direction de Sylvie Dallet et Emmanuel Lincot. Sa thèse portait sur l’oeuvre de Pascal Dagnan-Bouveret (1852-1929) et son influence sur la peinture à l’huile de la Chine contemporaine.

Elle a participé activement aux Festivals des Arts ForeZtiers de 2015, 2026 et 2018, et, avec enthousiasme, promet d’y revenir en juillet 2020 (les 10 ans des Arts ForeZtiers) accompagnée de nouveaux artistes chinois. La découverte des paysages d’Auvergne a donné naissance à plusieurs oeuvres, réalisées sur place en résidence d’été à la Ferme Saint Eloi (Chavaniac-Lafayette).

Parmi les peintures non encore exposées, elle a confié à Sylvie Dallet celle qu’elle n’a pas encore terminé : « l’Allée des pommiers », réalisée in situ devant la ferme Saint Éloi…

Elle convie tous ceux qui ont aimé ses peintures réalistes à une rétrospective de son travail au 24 rue des écoles à Paris. Étaient présents au vernissage, parmi les nombreux invités : Benedetto Repetto et Letizia jeunes docteurs de la même promotion, Giulia Bogliolo Bruna (autrice de l’ouvrage « Objets messagers de la pensée inuit » publié dans la collection Éthiques de la Création de l’Institut Charles Cros, postface de Sylvie Dallet), Rosine Astorgue, Anne et Félix Monsonis et ses parents venus de Chine la soutenir.

Du 21 au 27 avril, entrée libre.
Vernissage mardi 23 avril de 18 à 21 heures.

Ann Eisner, peintre de la forêt des Pygmées

L’artiste new-yorkaise Anne Eisner (1911-1967) vécut dans l’ancien Congo belge (aujourd’hui la République démocratique du Congo) de 1940 et 1950. La passion qui la liait au très original anthropologiste de terrain Patrick Putnam l’amène à séjourner dans le Camp Putnam (station de recherche, lieu d’hébergement et dispensaire médical qui porte aujourd’hui le nom d’Epulu) à la lisière de la forêt tropicale humide de l’Ituri. Son engagement auprès des populations de la région l’a, ensuite, convaincue de s’y installer et de partager la vie des populations autochtones. 

Ann Eisner voyait la forêt comme un refuge, attentive à la relation sociale et philosophique que les Pygmées Mbuti avaient tissé avec cette sylve profonde. Engagée dans le quotidien de cette population qui lui avait accordé sa confiance, elle a élevé à leur demande, trois bébés orphelins Pygmées, dans la tradition étendue des « mères » de la forêt. Cette tradition s’inscrit dans un réseau secourable qui comporte les grand-tantes, les tantes et les voisines. Fascinée par une organisation sociale proche de l’entraide des arbres, l’artiste s’inspire aussi des manifestions artistiques locales, inscrites sur de l’écorce battue ou sur les corps. L’analogie entre l’écorce et le corps est évidente.

Peinture Ann Eisner (collection privée)

La peinture d’Ann Eisner comporte cette réflexion sur la trace de la forêt dans es rapports sociaux. À son retour aux États-Unis, elle fait don à l’Américain Museum of America History de 22 écorces battues et autres objets de sa collection.

Village Pygmée de la forêt


Un article lui est consacré dans les Cahiers du GRHFF de 2017 : « La forêt des sens : art, communauté et durabilité » par Christie McDonald, Kevin Tervala et Suzanne Blier, suite à une exposition qui s’est déroulée à Harvard en mars 2016, où les archives d’Ann Eisner sont conservées.
Par ailleurs, un ouvrage illustré publié en Italie sous la direction de Christie Mc Donald, (Images du Congo : Anne Eisner’s Art and Ethnography, 1946-1958), évoque de cette expérience immersive, qu’Ann Eisner décrit elle-même au travers de son livre publié en 1954, Madami : My eight years among the Pygmées (Harvard Press).

Photographies issues de l’article du GHFF.

La forêt pétrifiée de Lesbos

Le processus de pétrification se produit quand le bois est enterré sous une couche de sédiments pendant au moins une centaine d’années, où il se conserve d’abord en raison d’un manque d’oxygène, avant qu’une eau riche en minéraux ne circule dans le sédiment et imprègne peu à peu les cellules du bois de minéraux. Ceux-ci cristallisent ensuite éventuellement, de diverses manières.

Le bois pétrifié est composé de bois fossilisé où la matière organique a, plus ou moins complètement, été remplacées par des minéraux (le plus souvent des silicates, tel le quarz etc.), tout en conservant plus ou moins complètement la structure anatomique originale du bois.  On peut donc les sculpter comme la pierre où venir les admirer sur place.

De par le monde, il existe de multiples « forêts pétrifiées », en Arizona, en Patagonie, mais aussi, en Europe, sur l’île de Lesbos. Cette forêt qui couvrait l’île, connue pour sa poétesse Sappho (VIe siècle avant JC), est issue des explosions volcaniques, il y a 20 millions d’années, et ainsi restée immortelle jusqu’à nos jours. On croirait voir un Pompéi de troncs dressés ou couchés.

Un peu partout dans l’ouest de l’île, le visiteur peut rencontrer des restes de plantes ou d’arbustes pétrifiés, mais la plus grande concentration d’arbres fossilisées se trouve dans le lieu-dit Mpali Alonia, dans le Parc de la « Forêt Pétrifiée » et dans la région d’Antissa, déclaré Parc mondial. Ici plusieurs troncs s’élèvent jusqu’à 7 mètres de hauteur, le plus imposant ayant 20 mètres et un diamètre de 2,60 mètres. Un grande partie de la forêt se prolonge vers la mer. On songe aux fragments des vers de Sappho :

« Toutes les couleurs se confondaient sur son visage…

La lune dans son plein éclairait les cieux… »

Une grande partie de la forêt se prolonge jusqu'à la mer


C’est un botaniste autrichien, Francis Unger qui le premier a montré de l’intérêt pour cette curiosité, en 1844. En 1988, le français Louis Lausnay parle émerveillé de « la forêt pétrifiée de la patrie de Sapho ». Un Musée de la Forêt pétrifiée a été créé en 1994 à Sigri, dans l’extrémité ouest de l’île, en vue de promouvoir son étude et sa connaissance.

Tronc d'arbre fossilisé il y a environ 20 millions d'années

La plupart des espèces appartiennent à des formes primitives des Séquoias, ainsi qu’aux ancêtres des peupliers, des lauriers, des platanes, des chênes, des palmiers et des cyprès. Le feu de la lave a protégé la structure du bois dont elle a magnifié les couleurs, rouges, vertes et jaunes. Les experts concluent que dans la région, il y dominait un climat subtropical, proche du climat de l’Asie du sud-est ou encore de l’Amérique, qui se transformait rapidement en chaud continental.

Devons nous craindre par le réchauffement climatique du retour de telles forêts ?

Mélipones, la saga des abeilles sauvages de Guyane

Après l’article sur les artistes pollinisateurs, un regard particulier sur les abeilles sans dard de Guyane, les Mélipones.

80 espèces de ces butineuses se déploient en Guyane depuis près de 80 millions d’années, un record de longévité pour ces petites abeilles noires et velues, travailleuses infatigables qui stockent le miel dans des sortes de pots de stockage, construits en pyramides. Les chercheurs émettent l’hypothèse que les temps Mayas se sont construites à leur ressemblance. Le miel de Mélipone est rare, de couleur ambrée, fluide et beaucoup moins riche en sucres que celui, toutes saveurs confondues, l’abeille européenne, l’Apis. Un délice que les Guyanais récoltent pour leur propre consommation ! Les ruches sont disséminées sur les murs et dans les jardins, inoffensives pour les enfants.

Or, les Mélipones sont les seules abeilles a pouvoir naturellement féconder la vanille.  La vanille ou plutôt la gousse de vanille est une épice qui provient d’une plante liane portant le même nom (vanille ou encore vanillier). Originaire du Mexique, elle fait partie de la famille des orchidées, identifiée par la Mayas comme « la fleur noire« .  La Mélipone est le seul insecte à avoir la particularité de polliniser la fleur de vanille qui donnera alors une gousse de vanille. On a longtemps chercher à implanter de la vanille à d’autres endroits du globe, mais sans succès, en raison de l’absence de Mélipone. Pour l’île de La Réunion par exemple, la pollinisation a été expérimentée manuellement, en 1841 par un jeune esclave Edmond Albius, dont le procédé reste, jusqu’à aujourd’hui, pérenne.

Les scientifiques s’y intéressent de plus en plus car, en véritables sentinelles de l’environnement, elles permettent, au travers de leurs cires, d’identifier plus de 500 pesticides.  Par ailleurs, les Mélipones sont d’excellentes lanceuses d’alerte de la pollution de l’air. En France l’Apis joue aussi ce rôle, mais sans l’efficacité de la petite Mélipone, habituée à la nature sauvage et très réactive à la pollution. En défaveur supplémentaire,  l’abeille européenne commune est désignée communément sous le péjoratif « abeille tueuse »,  alors que la pacifique Mélipone ne pique pas.

La méliponiculture a donc le vent en poupe depuis les Mayas qui désignaient la Mélipone (Melipona Beecheii) sous le nom respectueux de Xunan cab , la dame royale. Cette récolte chez les Mayas aurait été donnée deux fois par an, le prêtre étant chargé de remercier le dieu Ah Musen Cab pour ce petit insecte qui leur fournissait du miel et de la cire. Ils l’associaient au chocolat dans la boisson, comme la tradition se perpétue aujourd’hui en Guyane.

Aujourd’hui,  les gros producteurs de miel  insistent sur le fait qu’une colonie de Mélipones ne fournit de 200 grammes à 5 kg annuellement contre les 20 à 50 kg fournis par la robuste Apis, italienne, caucasienne ou d’Europe centrale. Là encore, la règlementation internationale est axée sur l’espèce mellifère dominante, l’Apis, excluant le nectar de Mélipone, considéré comme un non-miel…

Il faut penser l’abeille sauvage selon les distinctions analogues aux nombreux bovidés qui ont accompagné l’être humain dans son développement.  Vaches à lait, de trait, de viande, gracieuses vaches aux cornes de lyre, vaches sacrées ou enfermées dans des étables insalubres… L’être humain selon  son degré de soin, de recherche et de curiosité va respecter les différences  des non-humains ou tenter de les annihiler. Et les artistes dans tout cela ? Sentinelles de la qualité, donnant de leurs oeuvres un goût unique que seuls les connaisseurs apprécient… mélipones discrète et sans violence.

Les sources scientifiques de cet article sont issues de l’article collectif  « Mélipone, redécouverte des abeilles amazoniennes de Guyane » paru dans Une saison en Guyane n° 17 août 2016.  Par ailleurs, une étude, baptisée « Méligua », financée par le FEDER, et pilotée par le Parc National, en partenariat avec l’APIGUA (l’Association des apiculteurs de la Guadeloupe) est plus récente. Une BD  pour les enfants évoque le mythe maya  (cf image jointe) : « Mélipona princesse maya »,  de Roch Domerego et Evelyne Duverne, aux éditions Baroch.

Anna Maria Sibylla MERIAN, naturaliste et peintre du XVIII°siècle

Parlons un peu d’une femmes botaniste et peintre de l’époque moderne, injustement oubliée des livres d’art français. L’Allemagne lui rendit un hommage décalé en imprimant son visage sur les premiers Deutsche marks du XXème siècle. Exploratrice du Suriname, alors colonie hollandaise, elle entre dans la jungle pour y étudier la vie des papillons.

Orpheline de père très jeune, Maria Sybilla Merian  (1647-1717) est une gloire  de l’école naturaliste allemande, peintre et scientifique tout à la fois. Remarquée pour son talent précoce, elle entre dans l’atelier de gravure de son beau-père, tout en se passionnant l’étude du cycle de vie et de la métamorphose des papillons ; elle décrit et représente les chenilles, les chrysalides, les spécimens adultes. En parallèle, elle s’intéresse aux plantes dont ils se nourrissent et aux parasites des cocons, et en réalise de nombreuses esquisses détaillées.

En 1675,  fait paraître son premier ouvrage, intitulé Nouveau livre de fleurs (Neues Blumenbuch). Consacré à la botanique, le livre s’attache à la description de plantes et de fleurs auxquelles elle s’est intéressée en étudiant le cycle de vie des papillons. Après la naissance de sa deuxième fille, Dorotha Maria, elle publie l’ouvrage La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale (Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumennahrung).

En 1685, Maria quitte son mari et part avec sa mère et ses deux filles vivre dans la communauté protestante  des labaristes du château de Waltha, dans la Frise occidentale. Elle y passera quelques années, tout en continuant son travail sur les chenilles. En 1690, elle demande le divorce. L’année suivante, elle se déclare veuve bien que son mari soit toujours en vie.

En 1692, la communauté de Waltha est dissoute et Maria part vivre avec ses filles à Amsterdam. Là, elle se lance dans la transmission de savoirs et enseigne en particulier à Rachel Ruysch, qui deviendra peintre à son tour. Elle gagne sa vie en réalisant des illustrations et se lance dans la collection de spécimens naturels, notamment insectes et coquillages. Ces collections sont alors très à la mode aux Pays-Bas, et Maria fréquente d’autres collectionneurs.
À travers ses collections, Maria découvre et s’intéresse aux papillons du Suriname, colonie de guyanaise des Pays-Bas. En juillet 1699, elle décide d’y partir en voyage avec sa fille Dorothea pour étudier la faune et la flore tropicale.  Maria obtient alors une bourse d’études et vend ses collections pour financer son voyage.

Après deux mois de voyage, Maria et sa fille parviennent au Surimane et effectuent plusieurs excursions dans le pays, accompagnées par des esclaves amérindiens qui les assistent dans leur travail.  Hébergée dans une communauté pieuse de Paramaribo,  aux confins de la Guyane française, Maria réalise de nombreux dessins de la flore locale et s’intéresse particulièrement à la métamorphose des insectes rencontrés. Au cours de son voyage, Maria contracte le paludisme et tombe gravement malade. Contrainte à rentrer aux Pays-Bas, elle emporte une vaste collection d’insectes collectés sur place. Il lui faudra trois ans de travail, autour de ses dessins et croquis, pour réaliser son important ouvrage sur la faune et la flore du Suriname : Métamorphoses des insectes du Suriname (Metamorphosis insectorum Surinamensium). Son travail sur le papillon Morpho bleu fait autorité.

Frappée d’apoplexie en 1715, elle décède en 1717.