Archives de catégorie : Sylvie Dallet

La forêt vosgienne, miroir de l’enjeu climatique

Le débat sur l’évolution de la forêt française est au coeur des réponses de société, sur des paradoxes dont le Conseil Scientifique du Parc naturel régional des Ballons des Vosges a souhaité, lors d’un séminaire public du 23 août 2021 au Val d’Ajol, partager et faire connaître. De fait, les  conférences (et les débats qui les ont accompagnées) se sont focalisées sur trois approches de la crise climatique, dans une démarche d’adaptation : l’habitat (et l’urbanisme), l’eau et la forêt. Cet article, fortement inspiré des échanges collectifs, reste centré sur la question forestière.

Le massif des Vosges est le second château d’eau français après le Massif central.  Même si la météo de l’été a été particulièrement pluvieuse en 2021, le réchauffement climatique menace les zones ordinairement préservées de la montagne : les Vosges, réservoir de pentes neigeuses pour les skieurs du grand Est, doivent faire leur deuil des blancs tapis qui ont participé de leur attrait touristique.  Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)qui constitue la doxaen matière climatique prédit qu’en 2050 les températures de Verdun seront approximativement celles d’Orange. Ces mutations de long terme  constituent le bouleversement majeur  des années à venir, avec leur cortège de pandémies, d’inondations et de sécheresses. L’adaptation à ces mutations doit être préparée sur de multiples pistes culturelles et géographiques, avant que les populations ne soient touchées de plein fouet par ces bouleversements annoncés.

Depuis les années 1960, la végétation subit un climat perturbé par le poids des activités humaines, ce que l’on nomme l’anthropocène, le règne de l’humain. De fait, cette responsabilité  collective pèse sur le devenir de la planète qui en souffre : vents, forêts, sols, cours d’eau, tous les éléments sur lesquels les Anciens définissaient leur philosophie sont impactés. La philosophie, qui est un amour de la sagesse (en équilibre : sensibilité, intuition et raison), fait désormais l’économie du vivant, le nie le plus souvent et s’en détourne sans parfois en avoir bien conscience. À la vie secrète des arbres et des plantes, répond  en filigrane la vie réelle des humains qui, pour souvent, sont des animaux dénaturés : ces constats sont loin d’être partagés et, de fait, si les prises de conscience diffèrent, l’éducation populaire et l’écoute mutuelle des savoirs  et des besoins est, plus que jamais, indispensable.  Repenser le temps est un acte de sagesse : l’eau s’écoule et se filtre sur des années et des siècles, façonnant des paysages. Shooté à la consommation ponctuelle, un touriste consomme trois fois plus d’eau qu’un habitant des territoires, enraciné dans une pratique économe des ressources.  Certaines industries alimentaires, telles que les laiteries et les brasseries,  régulièrement goulues en H2O doivent être considérée comme prioritaires. 

Nous vivons en ville, pour la grande majorité d’entre nous. Replanter des arbres en grand nombre  dans les milieux urbains correspond à une réponse d’apaisement collectif, dont les élus urbains commencent à comprendre les bienfaits : le tout béton évolue au profit de jardins partagés, de la végétalisation des immeubles et des cours d’écoles. La situation en campagne diffèrente, nécessite des réponse fines, qui conditionnent des modes de vie, de penser et d’habiter, impactant en retour les cités. Mais ces arbres s’adaptent aux changements climatiques : le sapin remonte en altitude, le hêtre se déplace vers le Nord est, la vigne pointe son nez au delà de sa traditionnelle zone de confort.


En apparence la forêt est une vieille dame respectée : la forêt française, forte de ses 30 % du territoire, a reconquis une vraie place nationale que le Moyen Age avait quasiment anéantie avec ses misérables 7%. La lutte pour sa préservation forestière a porté ses fruits, grâce aux actions des littéraires, des artistes, progressivement accompagnés par des pouvoirs publics qui au XXème siècle s’étaient pourtant, sans grande réflexion, attaqués aux haies et au bocage nourricier. Les Trente Glorieuses de l’essor industriel sont les Trente Piteuses de la désertification des campagnes et du mépris des usages communs. À rebours de ces errements, depuis une vingtaine d’année, les animaux reviennent en ville et sur les lisières, comme auxiliaires efficaces des cantonniers, souvent plus habiles et d’un moindre coût que les machines. Dans ce temps où les énergies fossiles font défaut, le mouton, la chêvre et bientôt le bison débroussaillent énergiquement.  On peut imaginer, dans un futur souhaitable, que les collectivités prêteront  (ou loueront) désormais un mouton par pelouse.

 Aux côtés des forêts domainiales gérées par l’Office national des Forêts et celles liées aux Parcs naturels régionaux, la France est couverte de forêts privées, un manteau d’Arlequin le plus souvent sans gestion réelle :  un tiers de leurs propriétaires, très âgés, sont en EHPAD et leurs héritiers potentiels ne se soucient guère des bornages ni de l’entretien des parcelles.  Cette situation  permet la libre évolution des espèces réclamée par les écologistes, mais fragilise aussi l’économie du bois, par brutales mutations de la demande.  Les parcelles se perdent, ou sont rachetées à bas prix par des investisseurs étrangers (Allemagne, Chine) qui manquent de bois d’oeuvre. En l’absence des prédateurs traditionnels (loups, lynxs), les forêts sont ravagées régulièrement par le gros gibier, particulièrement les sangliers qui gobent à peu près tout ce qui se trouvent au sol, dont les précieux poussins des coqs de bruyère et autres petites pousses qui tapissent les sous-bois.

Les versants boisés sont enfin abîmés par des insectes scolytes. En régionGrand Est, l’épidémie de scolytes s’étend désormais sur la quasi-totalité des forêts d’épicéas, de la moitié nord de la France (Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Normandie) à l’Auvergne Rhône-Alpes. Ces insectes, sont naturellement présents dans notre écosystème, de même qu’en processus analogue, les coronavirus sont depuis des milliers d’années, familiers des oiseaux et chauves-souris. Savoir pourquoi la maladie se déclenche à tel et tel moment et en masse, reste la vraie interrogation de ce XXIème siècle. Le bostryche typographe est le scolyte commettant les plus gros dégâts dans les forêts d’épicéas, notamment dans le Grand-Est. En creusant des galeries dans le cambium(cette fine couche sous l’écorce) pour y déposer leurs œufs, ces coléoptères condamnent des arbres par milliers.

Partout où l’épidémie frappe, une modification du paysageest à prévoir, entaînant la disparition d’espèces traditionnelles ou représentatives tel le coq de bruyère, emblème des Vosges. Au-delà des coupes exceptionnelles, le dépérissement des épicéas (la gourmandise du typographe et du chalcographe) modifie l’aspect de la forêt : les arbres attaqués par les scolytes sont facilement identifiables par le changement de la couleur de leurs aiguilles, virant du vert au brun, puis par leur disparition totale. Ce dépérissement n’affecte pas le bois d’usage quotidien (dit « bois énergie ») qui sera vendu pour le chauffage et la papeterie mais condamne le « bois d’œuvre » qui commence à manquer pour les meubles et les charpentes en Europe et bien au-delà, en Chine, gros consommateur des futaies des forêts françaises. 

Tout n’est donc pas directement l’œuvre humaine, même si l’humanité en porte une responsabilité  diffuse générale.  L’acidification des sols, la mécanisation à outrance, les blessures d’abattage et de débardage, le déséquilibre cynégétique sont en cause, mais aussi le désamour de la beauté des paysages. Des erreurs de gestion, le mépris des savoirs-faire traditionnels ont causé des dégâts immenses, dans les pays conjoints du réel et du rêve. En 1850, des voix s’étaient élevées contre l’introduction dans les Vosges de l’épicéa, perçue comme une « espèce étrangère ». On ne parle plus des « forêts rouges » issues de Tchernobyl, mais force est de constater qu’elles brûlent régulièrement tous les étés depuis la catastrophe de 1986, diffusant une pollution aérienne importante. On commence à se rendre compte des apports des tourbières, de la ripisylve et des marécages. Et petit à petit,  on se plait à repenser la construction d’un paysage comme l’œuvre conjuguée des humains, des animaux et des plantes compagnes qui  sont souvent des formes de vie alliées. En bref, si on calque la restauration environnementale sur l’actuel vent mauvais de la cancel culture(qui fait porter à un seul groupe les malheurs de tous), il est irrationnel d’imaginer qu’une catastrophe serait issue d’une seule cause, avec un seul remède pour survie. C’est inverser le démiurge, dans un modèle où le malheur serait le seul servi à la table du monde. Chacun de nous est prié d’inventer les petits gestes qui sauvent au lieu du renversement du grand soir. 

Les dégâts environnementaux touchent par ailleurs des populations régulièrement soumises au malheur comme les migrants et les pauvres. Le clientélisme local, la volonté de trouver des solutions rapides, le souci de ne pas déplaire aux administrés ont permis des implantations d’habitat  de piètre qualité sur des zones inondables, reportant sur les assurances les dégâts programmés de l’urbanisme. Il est donc nécessaire de repenser globalement la qualité sur la quantité, de préférer les rénovations aux constructions neuves, de capter les eaux de pluie, de contrôler les piscines privées, de règlementer les barbecues y compris dans les jardins, en bref repenser une éducation du civisme et de la protection paysagère et  géographique. Ces aménagements sont d’un apport indirect sur le développement de la santé forestière, mais ils y contribuent, de même qu’un mode de vie sain réduit les risques environnementaux.  Comme des points d’acupuncture ultime, l’État souhaite augmenter les espaces  à protection forte  (ressources naturelles et biologiques, îlots de « vieux bois » etc) et les faire passer de 2 à 10 % des territoires.  Cette patrimonialisation (ou matrimonialisation) des aires protégées correspond peu ou prou à une labellisation de « grands paysages », succédant à la pédagogie des « grands hommes » prônées par les manuels scolaires de la Troisième République. Si dans le discours de la méthode scientifique, les modèles sont toujours faux, ils permettent des remises à niveau, des étapes à dépasser, des enjeux à poser.  Les récits, les romans graphiques, les ponctuations paysagères qu’offrent les œuvres d’art (telles celles qui se désignent par le land art)  doivent être multiples, humbles, aimables, caustiques ou héroïques, toujours fluides comme ce contact de souffles mêlés dont les masques nous ont privés depuis plus d’un an.

Sylvie Dallet (vice-présidente Conseil Scientifique Parc naturel Régional des Ballons des Vosges)

Journées des Arts Foreztiers aux Aimeraudes – 3 et 4 juillet 2021

Le Festival se déroule  depuis dix ans  en biennale dans le village de Chavaniac-Lafayette (Haute Loire) : le prochain est prévu pour l’été 2022 sur le thème : RACONTER LA FORÊT.

Le Festival est aussi une expérience itinérante et fonctionne en réseau, avec des partenaires qui partagent ses valeurs. Pour mémoire, il s’était associé en 2017 avec le Moulin Richard de bas à Ambert pour une exposition d’oeuvres papier.

L’événement organisé aux Aimeraudes sur le site de Breuilpont dans l’Eure, au 45 rue Alfred de Musset, les 3 et 4 juillet prochains en témoigne. Les deux espaces ont en commun le faire ensemble, la recherche de la beauté et la célébration du vivant.

Cette nouvelle expérience mixte se déroule entre étangs et forêt de l’Eure, dans un paysage très différent de la montagne auvergnate.

Il va rassembler pour la journée du 3 juillet deux expositions : les photographies d’Albert David et les peintures de Sylvie Dallet dans une scénographie particulière en intérieur et extérieur, une chorale dirigée par Esteban Pagella avec des odes à la vie toutes en voyages, “For the beauty of the earth, pour reprendre le titre d’une chanson du répertoire, une déambulation dansée et une conférence “Eaux & forêts”.

Le 4 juillet, l’initiative sera donnée aux Aimeraudes avec une découverte botanique et gustative.

Voici le programme de la journée du 3 juillet : avant 10h30 : libre déambulation dans les lieux ; 10h30 à 11h : ouverture du Festival – 11h15 à 12h15 : conférence de Sylvie Dallet sur les eaux et les forêts – 12h15 : présentation des photographies d’Albert David, moment en forêt avec fond sonore de musique des plantes et écoute de la forêt – 12h45  à 14h30 : temps libre (restauration, échanges, visites libres) – 14h30 : présentation des tableaux de Sylvie Dallet et de leur cosmogonie – 15h15 : concert en forêt : la chorale dirigée par Esteban, des odes à la nature, des chants dans plusieurs langues ; 16h30 : moment de danse ; 18h30 : fin de la journée.

coordination Céline Mounier

La forêt des Bishnoïs

La communauté Bishnoï a été fondée au Rajasthan autour de 1500dans les régions de  Jodhpur et de Bîkâner. Son guide premier est Jambaji (14511536) qui, durant toute sa vie a élaboré 29  (bishnoï en hindi) principes de vie que cette communauté indienne non-violente respecte  la lettre.  La philosophie de cette communauté résulte de l’observation du cycle de l’eau et des arbres, gardiens de la vie même du monde. De ce fait,  tout ce qui permet la vie et la transmission de celle-ci importe plus que toute croyance  religieuse spécifique. Les versets que récitent régulièrement les Bishnoïs expriment cette volonté de libérer l’âme et le corps de toute servitude religieuse ou intellectuelle,  tel que résume cette profession de foi :  « Je n’ai jamais été disciple d’une école pour demander la connaissance. Mais j’ai su la piété en consacrant mon moi à Dieu.  (…)[1]

La volonté d’épargner et de protéger toutes les créatures, animaux (dont les hommes) et végétaux, le refus de mutiler ni de tuer un végétal est une règle, même pour s’alimenter. Le bois de chauffage, pour exemple doit être ramassé mort et  aucune branche ne doit être arrachée ni même élaguée. Un des principes le rappelle fermement : « « si un arbre peut être sauvé, même au prix de la tête de quelqu’un, cela en vaut la peine ».

Historiquement, cette communauté de proscrits de la fin du XVème siècle s’était regroupée près du désert du Thar, dans une zone fragilisée par les guerres et la déforestation abusive liée au commerce du bois et les incinérations mortuaires. Ces errants ont mis en commun une réflexion collective et ont édicté des règles simples de respect du vivant. Parmi ces principes, la femme qui donne la vie est particulièrement respectée : elle jouit d’un mois de repos complet après l’accouchement et de cinq jours pendant ses règles. Vivant librement, elles peuvent se remarier, alors que dans l’Inde ancienne, les veuves devaient s’immoler par le feu après le décès de l’époux. La distinction entre « mâle » et « femelle » n’a pas grande importance pour ces penseurs, panseurs du monde. Cependant la robe des femmes est rouge pour symboliser le vivant, tandis que les vêtements masculins sont blancs pour souligner leur désir de pureté. Pudeur, simplicité, refus des commérages, non-violence, les modes de vie communautaires vont de pair avec l’infini respect qu’ils portent au vivant.

Aujourd’hui, cette communauté forte de quelque 800 000 personnes s’implante, au delà du désert du Thar dans des villes indiennes. De fait, la morale libertaire et non violente des Bishnoïs suscite une regain d’attention qui dépasse les frontières indiennes : après le reportage photographique de Franck Vogel, l’écrivaine française Irène Frain leur consacre un livre important [2]qui retrace leur histoire, des origines jusqu’au massacre mythique en 1730 où à la suite d’Amrita Devi et de ses filles, les Bishnoïs enlacèrent les arbres que le souverain de Jodhpur demandaient de couper pour construire un nouveau palais.

À cette époque, 363 personnes furent décapitées, lors de cette confrontation entre des soldats avides de gain et les villageois qui allèrent au martyre calmement, suscitant au fil des meurtres l’admiration ou l’effroi des sbires qui fracassaient à la fois les corps et les branches. Depuis cette épisode de la résistance, où femmes, vieillards et enfants périrent, la forêt des Bishnoïs est reconnue pour forêt sacrée en Inde, avec un titre de propriété qui perdure depuis deux siècles. Quatre vingt années plus tard, les arbres abattus qui formaient les centres des villages, les khejris (cousins des mimosas et des acacias), emblèmes du Rajasthan, ont été replantés et forment, dans un alignement régulier, un sanctuaire où chaque année, les Bishnoïs viennent honorer leurs paisibles martyrs. Et les gazelles revenues continuent à chercher de la tendresse auprès des femmes bishnoïs.

 En résumé de l’aventure des Bishnoïs, qui témoigne de mon attention aux récits littéraires et photographiques d’Irène Frain et Franck Vogel et, je voudrais citer une parole d’un des rescapés de la Shoah, le sculpteur Shelomo Selinger, polonais de naissance, puis naturalisé franco-israëlien :

 “La vie est plus sacrée que Dieu, s’il existe”… ou, disons le sur une autre pensée, cette vie fugitive est l’étincelle divine que le vivant transporte sur d’infinis possibles. 

Sylvie DALLET

 Bibliographie succincte : 

                                                                   


[1]Verset 6 : On peut prendre naissance en tant qu’Hindou : et être un yogi par l’endurance, être un brahmane par des œuvres pures, sacrées, être un derviche (ascète) par le cœur pur, être un mollah par la retenue du moi et par des pensées religieuses, et être un vrai musulman par l’intellect et en suivant les enseignements du prophète. »

[2]Irène Frain, La forêt des 29, Poche, 2012

Les affiches du Festival arrivent avec le printemps

 Encore une fois, la situation de confinement que nous traversons, doit nous permettre une plus grande créativité… et peut être un peu de fantaisie et d’attention aux détails. Le printemps nous accompagne : observer par la fenêtre la nuit qui commence à montrer ses étoiles brillantes (la pollution francilienne décroît et fait concurrence au ciel limpide de l’Auvergne) est un spectacle nécessaire, de même que continuer à sourire et à réfléchir.
… Les Anciens disaient : dieu est dans les détails.. et c’est sans doute l’occasion de rééduquer notre regard  par l’attention que nous portons aux choses familières, familiales et vivantes. L’Art correspond à cette attention au monde qui se transforme.

Cet article va rassembler au fil de l’eau, les affiches que nous adressent les étudiants du DUT Multimédia de l’Université de Marne la vallée : ils continuent à préparer le Festival des Arts Foreztiers de 2020, confinés chez eux mais présents sur leurs ordinateurs. N’hésitez pas à faire des commentaires sur ce blog !

Après la première affiche de Julie SAINT-MARTIN et celle de Yasmine KOURICHI, incluses dans une précédente publication du blog des Arts Foreztiers,
Voici l’affiche de Minal LAD, très colorée et très gaie ! Un arbre au feuillage compact et cette étonnante couleur rose qui contraste avec le vert et le bleu … Serena LEANDRI imagine une verte frondaison de sapins altiligériens et autres arbres en silhouette, tandis que Minosoa ADRIANOMANANA fait chevaucher le programme sur les volcans, tandis que les fruits annoncent une belle récolte artistique ! Bravo les filles !

Ce jour, 27 mars, Robin RIVIÈRE nous envoie sa proposition d’affiche, axée sur les “bois noirs”, ces sapinières qui parsèment les paysages d’Auvergne. Avec une belle courbe qui contraste avec l’horizon des sapins dans la brume !

Ce jour, 7 avril, Thibault PAULARD nous envoie sa proposition d’affiche, qui rajoute au logo du lézard, le vol joyeux de deux perroquets, qui, se pourchassant, symbolisent la vie entre les arbres !

Graphiste Minal LAD-
Graphiste Serena LEANDRI
Graphiste Minosoa ADRIANOMANANA
Graphiste Robin Rivière

Graphiste Thibault PAULARD

Forêts russes

L’Homme qui a surpris tout le monde (Человек, который удивил всех) est un film russe réalisé par Natalia Merkoulova et Alexeï Tchoupov, sorti en 2018. Il se déroule dans la forêt sibérienne : un garde forestier, diagnostiqué cancéreux et incurable se fie à un récit ancien d’une chamane qui lui suggère de “tromper la mort”.

Au travers cette intrigue qui part d’une anecdote, se déroule le mystère des forêts russes, à la fois présence magnifique et reflet de l’intériorité touffue, mais dont la connaissance précise nous fait défaut. nous avons entendu parler des “forêts rouges”, issues de la catastrophe de Tchernobyl, forêts irradiées qui brûlent régulièrement chaque été dans l’indifférence générale (pour exemple l’exposé d’Alain Gilles Bastide en 2015 lors du Festival des Arts ForeZtiers) .

Nous savons aussi qu’autour du la Baïkal, les communautés Bouriates continuent des rites chamaniques colorés. Nous avons connaissance de la magnificence des forêts russes au travers de bribes de films traversés par des trains : Docteur Jivago en est un bel exemple, écrit par Boris Pasternak en 1957 et adapté au cinéma par David Lean en 1965, succès mondial de l’édition et du cinéma tout à la fois.


Parmi les peintres, nous avons tous en mémoire les ours, surpris au matin dans une forêt de pins, par Ivan Chichkine, sans doute son tableau le plus connu car sa reproduction enveloppe désormais les bonbons dont les écoliers russes raffolent. Ivan Chichkine (1832-1891) est un peintre forestier dont le talent donne le vertige.

Un bel article de Jean Pinon, “Forêt, arbres et arbustes russes”, (in Revue Forestière, Fr. LXX – 1-2018 – © AgroParisTech) recense les occurrences des arbres dans la peinture russe contemporaine et, particulièrement celle des Ambulants, qui à la fin du XIXe siècle ont refusé les thèmes mythologiques ou religieux imposés par le pouvoir, pour présenter les paysages de la Russie, et, particulièrement sa touffeur sylvestre.

Il écrit : “Les peintres russes ont beaucoup travaillé dans la forêt boréale autour de Moscou (Abramtsevo), de Saint-Pétersbourg (Peterhof, la Neva et ses affluents) et l’île de Valaam (Carélie). En Crimée, leurs sites favoris étaient Alupka, Gursuf et Bakhtchissaraï. Les principales essences forestières représentées par les peintres russes sont, par ordre décroissant de fréquence : le Bouleau (38,8 % du total des essences majeures), l’Épicéa (22,7 %), le Pin (14,0 %), le Chêne (7,9 %), le Cyprès (6,3 %), le Peuplier (4,8 %), le Saule (4,8 %) et le Hêtre (0,6 %). Elles représentent les deux tiers des œuvres russes inventoriées. (…) Les peintres russes se sont intéressés à toutes sortes de dommages subis par les arbres. Il s’agit souvent d’adversités climatiques. Plusieurs toiles illustrent les dommages dus au vent. Savrassov, dans Après l’orage a peint un arbre couché en partie par le vent, Nikolaï Georgievich Makovski (Bois en été) montre un chablis, Klever (La Forêt) associe chablis et volis. Kontchalovski (Les Arbres dénudés) suggère une défeuillaison et quelques rameaux cassés. Ce dernier illustre aussi le givre couvrant un feuillu (Arbre givré) et la défeuillaison consécutive au déficit hydrique (Sécheresse). La foudre tombée sur un arbre est suggérée par Maxime Nikiforovich Vorobiev dans une œuvre dépouillée et très esthétique (La Tempête. Le Chêne foudroyé). Polenov a illustré l’incendie de forêt (La Forêt brûlée). Dans Cimetière forestier, Chichkine montre de nombreux troncs d’épicéa au sol, couverts de neige, sans que la cause soit précisée.

Le plus productif est Ivan Ivanovitch Chichkine (1832-1898), peintre de la forêt boréale et aussi le plus figuratif de tous. Certaines de ses peintures sont si précises qu’elles pourraient être confondues avec des photographies. Ses contemporains l’ont, à juste titre, surnommé le Titan de la forêt. Ivan Nikolaïevitch Kramskoï l’a peint en 1873 dans une tenue bien adaptée au travail en forêt. La précision de son trait et le souci du détail suggèrent une observation attentive in situ. Il a surtout peint des chênes (généralement vénérables développés sans concurrence en espace ouvert), des pins (sylvestres) et de remarquables pinèdes, parfois des épicéas, des bouleaux. Sa réputation se traduisit par l’édition de plusieurs timbres russes, l’un le représentant en portrait et d’autres montrant certains de ses tableaux (Matin dans une forêt de pinChamp de seigle, Dans le Nord sauvage). La Guinée et le Mozambique lui ont aussi dédié des timbres.”

Nous avions reçu en 2018 et 2019, la peintre Olga Kataeva, qui est aussi une spécialiste d’Eisenstein, actuellement à l’honneur dans la future exposition du Centre Metz Beaubourg. Nous espérons sur le village de Chavaniac-Lafayette, le lieu du Festival de création, admirer encore plus la relation que les populations russes et non-russes ont tissé avec la forêt nourricière, thème de notre prochain Festival 2020.

Babayagas, l’ours Michka, contes russes et mystères des confins forestiers…

Chamanismes et plantes hallucinogènes

Un article du Monde écrit par le journaliste Frédéric Joignot (édition du 2 août 2019) écrit ceci :

“Du 28 août au 1er septembre, la première Université d’été du chamanisme ouvrira ses portes à Cogolin (Var). Elle sera animée par « des scientifiques, des chercheurs, des anthropologues, des écrivains et des représentants de traditions celte, néo-zélandaise, maori, shintoïste, congolaise et mexicaine », nous dit-on au Cercle de sagesse de l’union des traditions ancestrales, qui a déjà orchestré du 25 au 28 avril à Genac (Charente) le douzième Festival du chamanisme. L’événement, alternant débats, évocations de la « Terre-Mère » et cérémonies coutumières, a accueilli « 180 chamans et femmes ou hommes médecines » venus des cinq continents, et attiré quelque 4 000 visiteurs.

Cet engouement pour le chamanisme, considéré par certains anthropologues comme la religion originelle de l’humanité, se manifeste en Europe, aux Etats-Unis ou au Canada depuis une quinzaine d’années. Rassemblements, conférences, cursus universitaires se succèdent, et des milliers d’Occidentaux se rendent régulièrement en Amazonie pour participer avec des chamans guérisseurs (curanderos, de l’espagnol curar, « soigner ») à des rituels de prise d’ayahuasca (du quechua aya, « défunt », « esprit », « âme », et huasca, « corde », « liane »), une boisson indigène médicinale hallucinogène à base de plantes macérées. D’après le médecin et historien équatorien Plutarco Naranjo, auteur de Mitos, tradiciones y plantas alucinantes (Université Simon Bolivar, 2012, non traduit), l’ayahuasca est utilisée depuis 2000 à 4000 ans par les Amérindiens, qui la surnomment « la liane de l’âme ». M. Naranjo reproche d’ailleurs à Claude Lévi-Strauss d’avoir sous-estimé l’importance des plantes psychoactives dans les civilisations précolombiennes.”

Ne pas oublier que le chamanisme est une médiation de soin à l’autre et de rééquilibre subtil du monde qui environne le chaman. La communauté et la relation qui le relie à la communauté reste le fondement de sa pratique de dialogue avec les plantes, le cosmos et les esprits.
Forêt nourricière, oui, mais dans sa diversité et ses aventures… les mystérieuses ramifications de la conscience augmentée et du vivant.

Cet article très documenté signale les dernières publications internationales liées au chamanisme, particulièrement les expériences liées à cette liane magique qui peut se révéler tragique pour des utilisateurs inexpérimentés.
Si les philosophies du chamanisme mettent en valeur le fait que la forêt est un espace de soin dans sa diversité spirituelle, la liane de l’ayahuasca n’est pas une condition nécessaire pour devenir chaman… Heureusement l’être humain peut puiser en lui et dans son attention au monde vivant des expériences qui le dispensent de drogues.

Photographies ( ombre rivière Guyane) et peintures “Foret des âmes” Sylvie Dallet.

Logo Urubamba.

Fête des Plantes à Chavaniac-Lafayette les 1 et 2 juin

L’association festival des Arts Foreztiers participe à la foire “Fête des plantes” organisée par l’association Les Jardins Fruités, le week-end du 1 et 2 juin 2019 à Chavaniac Lafayette. Le thème en est “jardins au naturel”…

A la Ferme saint Eloi, devant la grille du Château dans le jardin et dans la grange… ancienne ferme restaurée des Lafayette

Plusieurs artistes sont pressentis et seront présents pour continuer le dialogue des Arts ForeZtiers sur le jardin et les dépendances de la Ferme Saint Éloi, devant le château de Chavaniac.

Pour l’occasion, la mandragore géante créée par Franck Watel (avec Eddy Saint-Martin) pour le Festival 2018 sera de sortie…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce partenariat des Arts ForeZtiers aux Jardins Fruités s’exprime par un exposition d’oeuvres originales liées au jardins du monde (Guyane, Russie, France) :

– les photographies inédites de Sylvie Dallet (jardins de Guyane, route de Saint Laurent du Maroni) d’Albert David (les pins de boulange du Zouave et fleurs étranges)

et celles de deux artistes russes : Olga Kataeva (Lignes de vie au Jardin) et Kirill Bugaev (les jardins historiques de Kommunal et de Peterhof, Russie)

Olga Kataeva Rose neige
Feuilles- Kirill Bugaev
  • des peintures d’Eddy Saint-Martin et de Diane Cazelles, des sculptures forgées des Forgerons de Noailles et bien d’autres surprises créatives et artistiques…
  • et toujours le partage de l’écurie historique de la Ferme Saint Éloi avec l’association “Adrienne et Eugénie” qui y exposera des dizaines de photographies locales..
  • et aussi une buvette et la possibilité de goûter des tripes à l’ancienne et la soupe d’orties, préparées par Anne Monsonis et Gilbert Schoon
  • des conférences sur la reforestation en Inde par les globe-reporters des Arts ForeZtiers, Céline Mounier et Albert David à 16 heures le samedi et le dimanche

Ann Eisner, peintre de la forêt des Pygmées

L’artiste new-yorkaise Anne Eisner (1911-1967) vécut dans l’ancien Congo belge (aujourd’hui la République démocratique du Congo) de 1940 et 1950. La passion qui la liait au très original anthropologiste de terrain Patrick Putnam l’amène à séjourner dans le Camp Putnam (station de recherche, lieu d’hébergement et dispensaire médical qui porte aujourd’hui le nom d’Epulu) à la lisière de la forêt tropicale humide de l’Ituri. Son engagement auprès des populations de la région l’a, ensuite, convaincue de s’y installer et de partager la vie des populations autochtones. 

Ann Eisner voyait la forêt comme un refuge, attentive à la relation sociale et philosophique que les Pygmées Mbuti avaient tissé avec cette sylve profonde. Engagée dans le quotidien de cette population qui lui avait accordé sa confiance, elle a élevé à leur demande, trois bébés orphelins Pygmées, dans la tradition étendue des “mères” de la forêt. Cette tradition s’inscrit dans un réseau secourable qui comporte les grand-tantes, les tantes et les voisines. Fascinée par une organisation sociale proche de l’entraide des arbres, l’artiste s’inspire aussi des manifestions artistiques locales, inscrites sur de l’écorce battue ou sur les corps. L’analogie entre l’écorce et le corps est évidente.

Peinture Ann Eisner (collection privée)

La peinture d’Ann Eisner comporte cette réflexion sur la trace de la forêt dans es rapports sociaux. À son retour aux États-Unis, elle fait don à l’Américain Museum of America History de 22 écorces battues et autres objets de sa collection.

Village Pygmée de la forêt


Un article lui est consacré dans les Cahiers du GRHFF de 2017 : “La forêt des sens : art, communauté et durabilité” par Christie McDonald, Kevin Tervala et Suzanne Blier, suite à une exposition qui s’est déroulée à Harvard en mars 2016, où les archives d’Ann Eisner sont conservées.
Par ailleurs, un ouvrage illustré publié en Italie sous la direction de Christie Mc Donald, (Images du Congo : Anne Eisner’s Art and Ethnography, 1946-1958), évoque de cette expérience immersive, qu’Ann Eisner décrit elle-même au travers de son livre publié en 1954, Madami : My eight years among the Pygmées (Harvard Press).

Photographies issues de l’article du GHFF.

Anna Maria Sibylla MERIAN, naturaliste et peintre du XVIII°siècle

Parlons un peu d’une femmes botaniste et peintre de l’époque moderne, injustement oubliée des livres d’art français. L’Allemagne lui rendit un hommage décalé en imprimant son visage sur les premiers Deutsche marks du XXème siècle. Exploratrice du Suriname, alors colonie hollandaise, elle entre dans la jungle pour y étudier la vie des papillons.
Orpheline de père très jeune, Maria Sybilla Merian  (1647-1717) est une gloire  de l’école naturaliste allemande, peintre et scientifique tout à la fois. Remarquée pour son talent précoce, elle entre dans l’atelier de gravure de son beau-père, tout en se passionnant l’étude du cycle de vie et de la métamorphose des papillons ; elle décrit et représente les chenilles, les chrysalides, les spécimens adultes. En parallèle, elle s’intéresse aux plantes dont ils se nourrissent et aux parasites des cocons, et en réalise de nombreuses esquisses détaillées. En 1675,  fait paraître son premier ouvrage, intitulé Nouveau livre de fleurs (Neues Blumenbuch). Consacré à la botanique, le livre s’attache à la description de plantes et de fleurs auxquelles elle s’est intéressée en étudiant le cycle de vie des papillons. Après la naissance de sa deuxième fille, Dorotha Maria, elle publie l’ouvrage La chenille, merveilleuse transformation et étrange nourriture florale (Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumennahrung). En 1685, Maria quitte son mari et part avec sa mère et ses deux filles vivre dans la communauté protestante  des labaristes du château de Waltha, dans la Frise occidentale. Elle y passera quelques années, tout en continuant son travail sur les chenilles. En 1690, elle demande le divorce. L’année suivante, elle se déclare veuve bien que son mari soit toujours en vie. En 1692, la communauté de Waltha est dissoute et Maria part vivre avec ses filles à Amsterdam. Là, elle se lance dans la transmission de savoirs et enseigne en particulier à Rachel Ruysch, qui deviendra peintre à son tour. Elle gagne sa vie en réalisant des illustrations et se lance dans la collection de spécimens naturels, notamment insectes et coquillages. Ces collections sont alors très à la mode aux Pays-Bas, et Maria fréquente d’autres collectionneurs. À travers ses collections, Maria découvre et s’intéresse aux papillons du Suriname, colonie de guyanaise des Pays-Bas. En juillet 1699, elle décide d’y partir en voyage avec sa fille Dorothea pour étudier la faune et la flore tropicale.  Maria obtient alors une bourse d’études et vend ses collections pour financer son voyage. Après deux mois de voyage, Maria et sa fille parviennent au Surimane et effectuent plusieurs excursions dans le pays, accompagnées par des esclaves amérindiens qui les assistent dans leur travail.  Hébergée dans une communauté pieuse de Paramaribo,  aux confins de la Guyane française, Maria réalise de nombreux dessins de la flore locale et s’intéresse particulièrement à la métamorphose des insectes rencontrés. Au cours de son voyage, Maria contracte le paludisme et tombe gravement malade. Contrainte à rentrer aux Pays-Bas, elle emporte une vaste collection d’insectes collectés sur place. Il lui faudra trois ans de travail, autour de ses dessins et croquis, pour réaliser son important ouvrage sur la faune et la flore du Suriname : Métamorphoses des insectes du Suriname (Metamorphosis insectorum Surinamensium). Son travail sur le papillon Morpho bleu fait autorité. Frappée d’apoplexie en 1715, elle décède en 1717.

Imbroglio TÉTRAS

L’odyssée du Tétras dans les Vosges  (tetrao urogallus major) dévoile la complexité du vivant sur le territoire forestier montagnard. Ce gallinacé sauvage apparait désormais comme un véritable “bio-indicateur culturel, une“espèce parapluie” dont la disparition entrainerait la fragilisation d’autres espèces locales: gélinottes, lagopèdes mais aussi mousses et autres expressions vivantes de la biodiversité dont j’oublie les noms de famille.

Nous assistons pourtant à une véritable amnésie écologique du public envers ce volatile étrange et lourdaud, le plus gros des galliformes européens, dont mes lectures d’enfance ont été bercées. Le Grand Tétras est, en effet,  un magnifique coq de bruyère, aux plumes bleu nuit et aux sourcils rouges, dont la France protège deux sous-espèces disséminées sur l’arc jurassien et dans les Pyrénées. Espèce en danger en Belgique, dans les Cévennes et dans les Vosges, le Tétras se complait en Scandinavie et en Autriche où, en abondance, il est chassé. Routinier à l’extrême, il ne bouge guère de l’endroit où il a conquis ses femelles, amoureux casanier des clairières et des lisières claires de forêts de résineux. La femelle pond 6 à 7 oeufs qui sont régulièrement mangés par les renards ou piétinés par les sangliers. On observe cependant que les femelles, naguère attachées à leurs bruyères comme le mâle, commencent à explorer des espaces nouveaux, jusqu’à se déplacer dans des contrées où elles se trouvent, dixit les forestiers, “en détresse sexuelle…”

Les notes qui vont suivre, traduisent et interprètent la rare réflexion collective à laquelle j’ai participé en novembre 2018 à Strasbourg, vingt ans après qu’un premer état de la question ait été dressé collectivement par des scientifiques et des forestiers réunis.  Pour la plupart, les organisateurs de la première réunion étaient présents, ce qui renforçait son importance. Cette seconde journée de concertation avait pris pour titre, “l’Avenir du Grand Tétras dans les Vosges, questions sociales & écologiques”. Pour marquer cette urgence, les pompiers avaient prêté leur amphithéâtre, dans une symbolique qui mérite d’être mentionnée, dès l’introduction.

Cette concertation entendait dresser le bilan des processus interactifs dont la Nature et l’humanité sont coutumiers : La saga du Grand Tétras navigue entre son lit de myrtilles et les prédateurs animaux et humains, mais plus encore signale une lecture symbolique de la biodiversité. Dans la problématique de l’environnement (et du réchauffement climatique), le coq de bruyère, offre un véritable imbroglio de représentations et de questions qui peuvent être la matrice d’une réflexion collective sur les espèces sauvages et leur imaginaire social.  Pour exemple, la revue Tétras Lire,lancée en 2015 par deux mamans, donne des ailes et des envies a à la jeunesse de la Région Auvergne Rhône-Alpes…

aquarelle Jules Moch

Le grand tétras est une espèce protégées, emblématique du parc naturel Régional des Ballons des Vosges pour la symbolique, mais, surtout, une archaïque espèce “proie” qui abrite sa rare nichée sous les myrtillers. Les buissons de myrtilles, broutés par les cervidés et foulés par les randonneurs, se font rares, tant est si bien que la population du Tétras  décline, passant de 1500 individus recensés en 1939 à quelque 45 en 2018, pour la plupart consanguins et affaiblis.

  Alors que faire pour développer le tétras vosgien alors que le tétras pyrénéen (tetrao aquitain) prospère avec quelque 5000 individus ?  Les Parcs sont soucieux de préserver la faune et la flore sauvages, mais aussi de donner au citadins des espaces de respiration en la nature. Pas question de les détourner des sentes des parcs, si ce n’est que de légiférer sur le VTT et surveiller les incursions pétaradantes des quads.

Grand Tétras. Famille des Phasianidés. Ordre : Galliformes

Depuis 2000, le PNR Ballons des Vosges a délimité, pour la tranquillité  de l’oiseau-symbole, des espaces de nidification, loin des sentes des randonneurs l’été et des pistes des skieurs l’hiver. Le tétras a assumé dans les Vosges un véritable rôle de bouclier pour préserver des zones de silence de la sauvagerie forestière. Malgré ces premiers soins, que d’aucuns estimaient suffisants en l’an 2000, l’oiseau se raréfie, sans pour cela affecter les gîtes en contrées plus hautes et plus froides, les lieux de ses origines. Les prédateurs humains en sont la cause, mais aussi les petits prédateurs et parfois les grands herbivores, cervidés et sangliers qui abroutent les arbustes, écrasent les oeufs ou les mangent.

Les expériences de “retours” venues des Parcs des Hautes fagnes (Belgique), d’Ardèche et des Cévènnes ont été présentées : la translocation (transport de tétras d’un lieu à un autre, pour exemple de Finlande ou des Pyrénées jusqu’en Auvergne), l’élevage (en Autriche par exemple).  De 1978 à 1994, quelque 600 oiseaux sauvages issus de Scandinavie ont ainsi été lâchés sur le parc des Cévennes à l’initiative de Christian Nappé qui a procédé également à des réintroductions sur les vautours, cerf, castors… présents sur les monts Lozère par le passé. Le tétras n’était il pas un des mets favoris du clergé à l’époque moderne ? De 2002 à 2005, 43 oiseaux autrichiens d’élevage ont été apportés sur le Mont Lozère, bagués et bichonnés, ce qui n’a pas empêché les  festins nocturnes des martres et les renards.  La confédération des chasseurs de Hautes-Pyrénées volent désormais au secours du Parc des Cévennes en leur fournissant trois à quatre oiseaux vivants chaque année, prélevés sur leurs chasses.

L’odyssée du tétras recommence, avec, à la clef, le retour des arbustes de myrtilles. L’Auvergne, en ses parcs naturels (Ardèche, Cévennes, Livradois Forez) s’intérresse de près à ce double retour, ce couple singulier, qui rappelle l’aventure gémellaire corse de la sitelle et du pin lario.
Si “aucun espace protégé n’est une île”, la solidarité écologique commence à s’exercer entre forestiers des différents parcs et, surprise, avec certains chasseurs. Les sciences humaines, attentives aux récits des origines et de la symbolique des espaces ne peuvent rester indifférentes à cette expérience. Elle met en évidence enfin outre cette solidarité écologique et symbolique à l’échelle européenne, une attention nouvelle aux “espèces- proie”, frugivores ou herbivores. Naguère, les grands carnivores (loup, ours), craints et respectés, emportaient la faveur des peuples (Amérindiens, Mongols etc…). Le déséquilibre qui advient aujourd’hui par l’abondance des sangliers et des cervidés, permet de repenser la nécessité des espèces intermédiaires et, paradoxalement de favoriser la réintroduction du loup, comme le régulateur nécessaire à cet équilibre forestier.

Un imbroglio sans doute…
De cette concertation de novembre, en y songeant, n’est ce pas l’art (issu d’une conversation avec la Nature et non plus d’une série de décisions techniques) qui se fraie un chemin dans la perspective  de l’environnement ?

 Un grand merci aux Tétras  et aux organisateurs ( PNR Ballons des Vosges -Conseil Scientifique) de cette journée d’écoute plurielle.

Sylvie Dallet

Les peintures de paysages avec Tétras ont été réalisées par le peintre animalier suédois Bruno Liljefors (1860-1939)