L’Arbre en nous a parlé

Le poète et romancier François Cheng a écrit, en 1998, ces mots éblouissants :

« Nous n’y pouvons rien

L’arbre en nous a parlé. »

La tradition juive et chrétienne accorde une place de choix aux arbres, par leur réalité même (la Bible mentionne une soixantaine d’espèces ligneuses), tant par les analogies spirituelles : bois du sacrifice et de la construction, ils sont toujours arbres de vie et des pouvoyeurs inlassables de cadeaux pour les humains. Un des Psaumes de la Bible dit ceci : Le juste poussera comme le palmier, il grandira comme le cèdre du Liban. Saint Bernard (1090-1153) est, avec Saint François d’Assise (1181-1226), régulièrement cité dans le Moyen Âge chrétien pour son attention aux arbres : « Crois-en mon expérience : tu trouveras quelque chose de plus dans les bois que dans les livres. Les arbres et les rochers t’enseigneront ce que tu ne pourrais apprendre des plus grands maîtres ».

Au tournant du XXIème siècle, le Pape Jean-Paul II rappelle aux pélerins de Noël les bienfaits des arbres en ces termes : « Déjà, dans mon pays, j’aimais beaucoup les arbres. Lorsqu’on les regarde, ils se mettent en un certain sens à parler. Un poète considère les arbres comme des prédicateurs portant un message profond : Ils ne prêchent pas des doctrines et des recettes, mais annoncent la loi fondamentale de la vie. A travers la floraison du printemps, la maturité de l’été, les fruits de l’automne et le déclin de l’hiver, l’arbre raconte le mystère de la vie. C’est pourquoi les hommes, depuis les temps anciens, ont adopté l’image de l’arbre pour réfléchir sur les questions principales de la vie. (…)

« Comme les arbres, les hommes aussi ont besoin de racines profondément ancrées dans la terre. Seul celui qui est enraciné dans la terre fertile possède la stabilité. Il peut s’élever vers le haut pour accueillir la lumière du soleil et peut, dans le même temps, résister aux vents autour de lui. Mais celui qui croit pouvoir vivre sans fondement vit une existence incertaine qui ressemble à des racines sans terre (…) L’Apôtre Paul nous donne un bon conseil : Comme les arbres qui ont en Lui ses racines, appuyez-vous sur votre foi telle qu’on vous l’a enseignée. (…)  Recevez comme don le message de l’arbre, tel que l’a exprimé le Psalmiste :

Heureux l’homme […] qui se plaît dans la loi du Seigneur [et] murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté auprès des cours d’eau ; celui-là portera fruit en son temps et jamais son feuillage ne sèche ; tout ce qu’il fait réussit.  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.