Danielle BOISSELIER, la liberté de l’éphémère

Ce 26 mai 2018, Céline Mounier nous adresse une belle conversation avec l’artiste, scénariste et photographe Danielle Boisselier, qui va exposer des oeuvres inédites lors du prochain  festival des Arts ForeZtiers. Cette plasticienne était présente au Festival 2016 et, fidèle à l’esprit de créativité foreztière,  nous revient avec des expériences inédites de calligraphies, de voiles et de peintures sur bois.( https://danielleboisselier.com/ )

« Nous nous sommes donné rendez-vous par téléphone avec Danielle Boisselier  un samedi après-midi alors que je sortais d’une exposition magnifique et inspirante d’un architecte japonais, Junya Ishigami. J’étais sur une terrasse de café bien agréable tandis que Danielle me racontait son art et me commentait des photos reçues dans ma boite mail peu avant. J’avais, ce jour-là, noté ceci, partagé sur la page Facebook des Arts Foreztiers : “de calligraphies volant au vent apparaissent des oiseaux”.

Céline Mounier : Danielle, je propose que nous commencions cette interview sur les calligraphies.

Danielle Boisselier : À la vérité, je peux raconter l’histoire de ma passion récurrente pour la naissance des écritures et leur développement dans les civilisations des cinq continents, les pictogrammes, les signes et les codes, leurs analogies avec les transformations actuelles, sauf que le temps était bien plus long et l’espace non planétaire. Mes expérimentations en calligraphie chinoise avec Chen Dehong et japonaise avec Shingai Tanaka viennent de là.

CM : Peux-tu en dire plus sur ces deux figures ?

DB : J’ai pratiqué la calligraphie chinoise avec l’artiste Chen Dehong et la calligraphie japonaise de 1999 à 2007 avec Shingai Tanaka. Chen Dehong travaille à Paris depuis 1982. Il mêle de façon singulière peinture et calligraphie. Pour le découvrir, L’empire du sens est un très beau livre. Shingai Tanaka, quant à lui, était président des calligraphes de Kyoto. Lui aussi est venu en France. Il a enseigné à Lyon. Il est décédé en 2007. Le musée de l’imprimerie de Lyon lui a fait un bel hommage en 2011, Hommage à Shingai Tanaka.

Voici mon hommage : Leçon avec Tanaka

CM : Tu écris des poèmes de cette expérience et en cela tu me fais penser à Henry Bauchau !

DB : Vraiment ? Tiens : « Voyages à la pointe du pinceau chargé d’encre,/le papier couché blanc est un espace ouvert,/les gris en mouvement sont autant de balises/sur un parcours sans fin…

 /« Gestes pour célébrer l’instant,/pour accueillir l’inattendu,/tracer l’élan gratuit,/la liberté de l’éphémère…/« Le dessin comme une danse/

qui génère son espace en passant… »

CM : A partir de là, tu fais des découvertes et on dirait qu’elles t’étonnent toi-même ! Raconte !

DB : Un jour, j’ai peint une calligraphie sur de la soie. J’ai laissé voler cette soie au vent et c’est à ce moment que j’ai fait cette découverte : de calligraphies volant au vent apparaissent des oiseaux. J’ai trouvé cela fantastique et j’ai laissé voler des soies au vent. Bien sûr, une soie qui vole au vent est assez fragile alors je profite du vol au vent pour sortir mon appareil photo.

CM : Pour capturer “la liberté de l’éphémère” ?

DB : Oui, c’est sûrement cela. J’aime expérimenter des synthèses variées entre geste pictural et geste photographique. Le résultat en est souvent des installations ou environnements en rapport avec la nature et si possible implantés dans un milieu naturel, prétextes à photographie et à livres d’artistes. Ces installations privilégient les impressions digitales sur textiles variés, la soie, l’abaca, grâce aux nouvelles technologies qui permettent à la photographie de trouver un support souple et tactile.

CM : Tu parles des nouvelles technologies. Tu travailles tes photos avec le logiciel Photoshop un peu comme avec ton pinceau tu calligraphies…

DB : … regarde ces nuages :

CM : Je suis en train de lire L’art du présent d’Ariane Mnouchkine, et j’ai envie de te demander si le théâtre pourrait être un milieux pour tes installations.

DB : Tu ne crois pas si bien dire : j’ai produit des scénographies et des expositions pour des groupes de musique, des compagnies de théâtre et danse contemporaine.

CM : Cette année, le thème des Arts Foreztiers, c’est Bestiaire animalier. Comment ce thème résonne-t’il pour toi ?

DB : Je suis depuis longtemps admirative des inscriptions très anciennes, sur les vases en bronze de la troisième dynastie chinoise notamment et en particulier celle-ci : « nomenclature d’animaux » et leur évocation très vivante. J’ai une tenture pour l’extérieur qui permet de les présenter. Mes « doux délires zoomorphes » seront complétés par des bois peints.

CM : Merci Danielle, j’ai hâte de voir tout cela avec tous mes sens !

Fêtes des Plantes à Chavaniac et Imaginaire des Fleurs à Paris

Orchidée de Guyane (@ L. Pagès)

 Deux dates à retenir  en Auvergne  (Fêtes des Plantes) et à Paris (Imaginaire des Fleurs).

Les 2 et 3 juin 2018 (du samedi 14 h au dimanche 18 heures), l’association Jardins Fruités organise sa 23e Fête des plantes à Chavaniac-Lafayette, une première dans le village car les précédentes éditions se déroulaient au Château de Saint-Vidal, près du Puy-en-Velay. Pour cette manifestation qui se déroule sur la Cour et les jardins du Château de Chavaniac, une cinquantaine d’exposants sont réunis.

Cette Fête des Plantes  s‘organise autour du thème : « FLEURS des Deux Mondes (France et Amérique du Nord) »

Fleur Cacatoes (photo Albert David)

Dans la rue qui mène au Conservatoire botanique du Massif central à la Ferme Saint-Éloi, plusieurs associations vont animer des rencontres (https://www.facebook.com/jardins.fruites).

Le Festival des Arts Foreztiers s’associe à cette manifestation et présentera des œuvres peintes des années précédentes à la Ferme Saint-Éloi, qui  ouvrira exceptionnellement la grange Bonaventure pour accueillir les curieux et présenter le programme  de juillet 2018. Pour l’occasion, le Festival partage gracieusement cette grange de la Ferme avec l’association Adrienne & Eugénie partenaire du Festival depuis 2016. L’association Adrienne & Eugénie, qui nous a aidé à mettre la grange au propre,  va présenter des photographies anciennes du village cependant que Festival leur prête des peintures paysagères du Pays de Lafayette.

Cerisiers Montreuiil (photo S. Dallet)

Mercredi  6 juin en après-midi de 14 à 18 heures) , L’Institut Charles Cros (http://www.institut-charles-cros.eu/?page_id=185), membre fondateur et soutien du Festival des Arts ForeZtiers, organise à Paris (24 rue des écoles à l’Espace Harmattan) sous la responsabilité de Sylvie Dallet, le séminaire de recherche Éthiques & Mythes de la Création (EMC), qui porte ce jour  l’intitulé  :

« Imaginaire des FLEURS« .

Six intervenants dans une palette d’expressions exceptionnelles : Sylvie Dallet recevra l’historienne Valérie Chansigaud, le collectionneur Frédéric Rolland,  la spécialiste des séries de science-fiction Monika Siejka pour évoquer un thème d’été !

Se joignez à nous les deux créateurs de la parfumerie naturelle CHIDHO (le Puy en Velay)  Morgan Dhorne et Eva Chicoutel, ainsi que la photographe Christelle Westphal  et ses coiffes végétales…

Le séminaire EMC est hébergé par l’Harmattan  et son entrée  est libre dans la mesure des places disponibles de 14 h à 18 h.  le détail sdes communications est consultable sur le site Web de l’Institut Charles Cros.

Contact : sylvie.dallet@uvsq.fr

Noailles en Haïti : le village qui forge son destin

Cet été, le village artistique de Noailles  (Croix des Bouquets) en Haïti va être lié  au village de Chavaniac-Lafayette par une expérience créative qui explore le thème de Bestiaire enchanté. Cette initiative puise ses racines dans un passé très lointain, comme une résurgence inattendue : en effet, le village haïtien proche de la capitale  Port au Prince,  tire son nom d’une propriété coloniale des Noailles (famille de l’épouse de Lafayette, Adrienne de Noailles) du XVIIIe siècle. Lors de la Révolution française , Gilbert et son épouse Adrienne ont oeuvré pour l’abolition de l’esclavage en Guyane et aux Antilles, luttant contre les intérêts mêmes de leur famille.  L’histoire de l’ile porte aussi la trace ancienne du gouvernorat amérindien de la poétesse Anacaona (ce qui signifie Fleur d’or, en langue Taïnos) pourchassée puis pendue  en 1504 par l’armée espagnole d’occupation laissée en Haïti par Christophe Colomb. À l’époque, l’île d’Haïti (« terre des hautes montagnes » en langue Taïnos) très boisée, servait de territoire de chasse. En 1804, l’île francophone devint, quatre cents ans près le martyre d’Anacaona, la première république noire indépendante.

Jean-Eddy Rémy : Bizango

Le Festival  des Arts ForeZtiers accueille cette année pour la première fois le forgeron Jean-Eddy RÉMY, présenté par l’association Zetwal (art & artisanat solidaires). Sept œuvres en métal sculpté (feuille de tôle transformée d’un baril) sont créés par Jean-Eddy RÉMY autour du conte vaudou « Tezen nan dlo ». Les amours d’une humaine et d’une homme-sirène seront mis en scène par Jean Eddy RÉMY et Mathias CAZIN (Zetwal) près de la source fontaine du village natal de Lafayette.

L’expérience du Village de Forgerons de Noailles (quatre-cent artistes métal, dont sept femmes), crée en 2010 par Jean-Eddy Rémy, perpétue la technique inventive (boss métal) crée en 1953 par le forgeron Georges Liautard. En 2009, au village de Noailles, un musée dédié à Georges Liautaud (1899-1991) a été inauguré. Ce forgeron haïtien façonnait des croix peu communes pour les tombes du cimetière, ainsi que des sculptures, à partir de métal récupéré sur des bidons. Depuis, l’art du fer découpé est devenu une tradition d’Haïti, reconnue internationalement. Une vidéo a été réalisée  en 2009 par le cinéaste Arnold Antonin  relate l’essor artistique de ce village : La sculpture peut-elle sauver le village de Noailles ou Les Boss métal de la Croix des Bouquets….

Partenariat Zetwal : http://espritzetwal.com/

Peindre les moutons en Himalaya

Weixuan LI nous adresse de Chine cette peinture à l’huile « Garder un Troupeau de Moutons » (150cm*100cm), qu’elle a créée au début de 2011, à l’âge de 21 ans.

un baiser (Weixuan LI, 2016)

Weixuan Li a participé des éditions des Arts ForeZtiers de 2015 et 2016  et souhaite retravailler cette peinture  tibétaine, pour la présenter lors de l’édition du Festival 2018,  axé sur le thème de « Bestiaires enchantés ».

Elle écrit en français ce texte pour notre Blog :

« Ma spécialité est la peinture à l’huile (Arts plastiques). Au moment où j’ai peint cette représentation naturaliste, je suis première de ma promotion étudiante, à la fois en quatrième année de licence et en première année de master (BAC+4) à l’Institut des Beaux-arts de l’Université de Chongqing.

Les moutons  cornus de cette peinture naturaliste sont élevés au Plateau Qinghai-Tibet du sud-ouest de la Chine.
Le  mouton tibétain (grand Bharal) est leur nom usuel en français : les ovins peuvent en Chine se confondre avec les caprins. Je suis inspirée par des anecdotes des bergers et des scènes dans la région occidentale de la province du Sichuan de la Chine.
C’est un voyage intéressant, l’enseignant et plus de vingt étudiants font des activités naturalistes, visitent de nombreux endroits pittoresques. Là, il y a une très belle et vaste prairie et des bergers à cheval, gardant un grand troupeau de moutons. Où le ciel est large et les paysages sont très beaux : à l’arrière-plan, il y a des collines, des nuages flottants dans le ciel ; au premier plan, il y a un pâturage luxuriant et beaucoup de moutons partout. En particulier, dans l’air, plein d’arôme fin et pénétrant de l’herbe et des fleurs, laisse les gens à se sentir détendus et heureux, comme si dans un conte de fées. Retour à l’Université de Chongqing, dans l’atelier, je garde la trace de ma mémoire, crée la peinture à l’huile «Garder un Troupeau de Moutons ».
Dans la prairie, nous visitons des tentes tibétaines des pasteurs. Les bergers sont très enthousiastes, simples et accueillants, avec la meilleure nourriture pour accueillir les touristes éloignés, comme du Chang (une boisson fermentée des peuples tibétains), du thé au beurre, des desserts. Nous leur donnons également quelques petits cadeaux. Ils ont un accent, la communication linguistique n’est pas facile. »

« Les chèvres et les moutons sont souvent peints et sculptés en Chine : pour exemple, la ville de Guanghzou est associée à cinq chèvres. »

Le printemps arrive !

Quelques mots délicieux sur le printemps qui arrive …

Le poète allemand Friedrich SCHILLER écrit  au XIXème siècle, cette phrase prophétique :

« La fantaisie est un éternel printemps »

Qui annonce ce poème contemporain du Français Jean-Claude BRINETTE :

La noce des oiseaux

« Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps,
Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel.
Neiges et froidures sont parties : «  vive le Printemps ! « 

Immense symphonie, où des millions de fleurs,
Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours
D’un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs
Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour.

Dans un ballet de cabrioles fantastiques
Les oiseaux dansent, s’accouplent et préparent leur nid,
Guidés par une force invisible et mystique,
Leur chant monte en hommage : au Maître de Symphonie.

Les oiseaux se sont embrassés sur les branches,
Et des angelots coquins ont ajusté leurs flèches…
Étrange ! tout ce que le Printemps en un jour change !

Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Tandis que sous leurs branches les amoureux de mèche,
Se content fleurette quand roucoulent les tourterelles. »

 

Cette phrase et ce poème peuvent être agréablement complétés par ce 13 eme délice, exprimé par l’essayiste chinois  JIN Shengtan, écrivain du XVIIème siècle (traduit par Simon Leys dans un hommage au linguiste Etiemble) qui s’exclame avec humour  :

 » Il a fait mauvais temps pendant tout un mois, sans discontinuer. J’en suis tellement déprimé que ce matin, je n’ai plus le coeur de me lever. Tout à coup, j’entends une multitude d’oiseaux dont les appels annoncent une journée radieuse. Je m’empresse de soulever le store et repousser le volets et que vois je ? Le soleil resplendit, la forêt verdoie, lavée de frais. Ah, quel délice ! »

Que dire de plus ?   Pourquoi bouder notre plaisir ? Vive le printemps !

 Sylvie DALLET : « Le printemps arrive !« , peinture mixte (acrylique & pastel) sur papier Lamali Laurier (75 cm x 48 cm, mars 2018)

Regards animaux par Isabelle Lambert

Isabelle Lambert, enseignante d’arts plastiques dans la Loire et peintre de talent, nous adresse  quelques images fortes de grands mammifères, qui formeront, par leurs regards singuliers,  une installation originale lors du Festival des Arts Foreztiers 2018.

Chimpanzé, panthère, loup, ours… Des œuvres peintes contemplent la femme qui les peint. Nous avons demandé à Georges Chapouthier, biologiste et philosophe,  spécialiste  de la relation animale (cf : Kant et le chimpanzé, éditions Belin, 2009) de réagir sur ces peintures étonnantes. Voici ses Réflexions sur les peintures d’Isabelle Lambert, envoyé quelques heures après avoir reçu les images :

« Point n’est besoin de souligner l’extrême ambiguïté qui a, depuis toujours, guidé les rapports de l’espèce humaine et des autres espèces animales, qui partagent avec elle la planète bleue. Des rapports faits de sympathie et d’hostilité, d’amour et de haine, d’affection et de cruauté, de tendresse et de violence, de vie et de mort. Les progrès de la science ont permis de souligner, de nos jours, l’étonnante proximité des animaux à sang chaud et des êtres humains. D’où la reconnaissance – récente – des aptitudes, voire des droits de nos proches cousins.

Mais au-delà de la vérité objective de la science, quelle meilleure approche que le vécu existentiel de relation homme-animal ? Et pour ce faire, quoi de mieux que l’approche d’une artiste comme Isabelle Lambert, qui va rechercher la relation existentielle dans ce qu’elle offre de plus profond : le regard, avec tout ce qu’il apporte de communication et de témoignage sur la vie intérieure de celui dans lequel on sait plonger ses yeux.

Tous les parfums de la jungle et toutes les ruses du primate se retrouvent dans le regard ironique du chimpanzé. La saveur sauvage de la proie et la rousseur des tropiques se reflètent dans les yeux méfiants et le regard froid de la panthère. Le loup communique à la fois l’appel des steppes et une socialité si proche de la nôtre. Le regard implorant de l’ours plaide pour le goût de miel des fleurs de la montagne et contre l’extinction des espèces par les caprices de l’être humain…

Parce qu’elle plonge dans le regard brut de l’animal, notre frère, Isabelle Lambert sait nous plonger dans l’infini des difficultés et des joies  de la vie qu’il contient.

Et à partir de ce petit morceau d’échange sensoriel et d’émotion artistique, elle nous fait basculer dans le mystère même de l’être.

Georges Chapouthier

Sculpter les photographies

En  juillet 2016, Albert David, professeur des universités et photographe de coeur, exposait pour la première fois au Festival des Arts ForeZtiers. Ses cadrages poétiques, aux arbres baroques et graciles furent remarqués par le service culturel de la mairie de Brioude qui souhaita les présenter à la Maison de Mandrin en septembre 2017. Cette jolie maison aux arcs gothiques,  bâtie au Moyen-Âge par un chanoine du chapitre de la basilique, visitée par le célèbre contrebandier Mandrin en 1754, est ouverte aux amateurs d’art . De nombreuses expositions de peintures, sculptures, photographies se succèdent toutes les trois semaines.

Lors de cette nouvelle exposition, Albert se fit accompagner par Aurélie, sculptrice de pierre tendre, venue de Montreuil pour cette occasion. Céline Mounier, présente également lors du Festival ForeZtier  où elle avait posé pour la performance de Philippe Tallis, « La Forêt nue », écrivit alors cette « animation d’une danse à la maison de Mandrin » qui fait suite.  Cette variation révèle sa saveur, avec et au delà des photographies et des sculptures.

« Albert expose des photographies et Aurélie des sculptures. Leurs oeuvres vivent leur vie ensemble. Voyez plutôt :

La Petite fille ouvre le bal. Enfin, on la regarde et on la respecte pour sa présence à elle, En attendant Pina. Les Fragments heureux pour une danse, ils se trouvent entre Le chemin, celui de la liberté, et Figures imposées. La vie est ainsi faite, les instants de félicité se rencontrent cheminant. La contrainte va offrir de ces instants.

Le cheval salvadorien est non loin du chemin. Il apporte du calme à la danse. Il se laisse caresser. Il est doux. Il est face à la Nature urbaine en rébellion. La ville crée sa propre nature en même temps que la nature est en ville, domestiquée. Parfois, elle redevient mi-sauvage, mi-fantastique. Le chat volcanique veut grimper sur La partition des arbres et pour le moment, il écoute la mélopée urbaine. Le chat est de lave.

Se tient loin de lui le guerrier de paix, Ne te presse pas de me laisser… Là où tu demeureras, je demeurerai. C’est la Paix qui le demande. Il est là, côtoyant Dans les limbes et faisant face à Migrations. Dans Migrations, des statues s’en vont. Elles en imposent de départ. Le Guerrier de la paix les regardent les belles, si majestueuses.

La lumière est tamisée, on parle à bas mots, on se chuchote à l’oreille là où les Conversations servent l’initiation. L’initiation est subjuguée par Conversations. Il y a de quoi vu comme va le monde qui a tendance à se vriller en plusieurs lieux. De loin, Le métayer observe la scène. Il est à l’écart et il y tient.

Bello se sent bien à côté de l‘Eden amoureux tandis que Raoul craint les Transformers qui éclatent de leurs feux de couleurs et de ciels bleus. Nos caresses lui font du bien. Il est très doux. Ses fesses s’offrent aux caresses. Au milieu de la scène, Le Bélier. Il est fier au milieu et personne ne réussit à lui faire peur. Il y en a qui ont essayé. Quand soudainement,

En plein coeur de l‘Aventure politique, L’enchanteur chante les louanges d’une danse. C’est que Pina est arrivée avec sa troupe. On imagine la danse sur la place devant la Maison de Mandrin. À moins que le regard n’aille vers Le village fantôme.

L’art forestier (Saint Laurent du Maroni- suite)

En complément de notre article sur les palétuviers et du Forest Art de Saint-Laurent du Maroni, l’amie qui nous l’a fait explorer, Laeticia Pagès, nous adresse les photographies des magnifique troncs – totems qui ornent l’entrée de la forêt des Malgaches. Certaines sculptures sont coiffées d’un chapeau de tôle qui les protège des intempéries et de l’humidité. Ce dispositif de faîtage rend hommage aux carbets (maisons de bois) couvertes de tôles de l’habitat amérindien et bushinengue. Arrivés en Guyane après les Indiens, les Bushinengue (« hommes de la forêt » ou « noirs marrons ») sont traditionnellement des charpentiers, des menuisiers, des sculpteurs. Fuyant depuis le  XVIIè siècle,  l’esclavage des plantations hollandaises, ils sont implantés au-delà du fleuve Maroni en territoire forestier français.

Contrastant avec le caractère hiératique des sculptures, hautes de plusieurs mètres, la signalétique  des promenades emprunte à la Bande Dessinée ses caractères ludiques.   

Neiges franciliennes

« Palmier chargé de neige » 2018, Montreuil

La neige est tombée sur Paris et l’Ile de France, donnant à tous les arbres l’occasion de se comparer « aux sapins en bonnets pointus » de Verlaine. Le lilas porte désormais des fleurs de coton et le palmier ressemble à un ananas de nacre, dont le toupet garde la couleur de l’été. Chacun se déguise en un carnaval blanc…

Théophile Gautier  (1811-1872) décrivait ainsi, au XIXème siècle, ce retour de la neige à Paris :

« Dans le bassin des Tuileries,

Le cygne s’est pris en nageant,

Et les arbres, comme aux féeries,

Sont en filigrane d’argent.

Les vases ont des fleurs de givre,

Sous la charmille aux blancs réseaux;

Et sur la neige on voit se suivre

Les pas étoilés des oiseaux. »

Puis en 1843, cette ode  à UNE JEUNE ITALIENNE

« Février grelottait blanc de givre et de neige ;

La pluie, à flots soudains, fouettait l’angle des toits ;

Et déjà tu disais : « Ô mon Dieu ! quand pourrai-je

Aller cueillir enfin la violette au bois ? »

Notre ciel est pleureur   et le printemps de France,

Frileux comme l’hiver, s’assied près des tisons ;

Paris est dans la boue au beau mois où Florence

Égrène ses trésors sous l’émail des gazons.

Vois ! les arbres noircis contournent leurs squelettes ;

Ton âme s’est trompée à sa douce chaleur :

Tes yeux bleus sont encor les seules violettes,

Et le printemps ne rit que sur ta joue en fleur ! »

La journaliste Dane Mc Dowell vient de publier en 2017  l’Herbier de Marcel Proust, orné des peintures imaginatives de l’illustratrice Djohr. Ces images répondent si bien au poème de Théophile Gautier que nous les citons en contrepoint de la nostalgie de l’Italienne Avec le fameux tableau de Brueghel  (1565)pour annonce, Les chasseurs en hiver, l’Ile de France se métamorphose en février…pour prélude à la renaissance du printemps.

 

Palétuviers et sentiers guyanais du Maroni

 Le palétuvier  gris élance ses racines dans les eaux salines des embouchures, festonnant  de ses entrelacs le quartier amérindien de Paddock, enclave jardinée nichée sur les rives de la  Saint Laurent du Maroni, en Guyane. Leurs troncs nervurés  de ces « moutouchi marécages »,  dessinent des formes à la Dali qui permettent, par leurs tissages en surplomb, une rêverie qui  ouvre à la complexité du monde. Le beige bleuté  des eaux du fleuve offre un saisissant contraste avec la chevelure de la mangrove, qui se mue au fil des observatoire en grotte secrète ou en tissage mythique.…  Lorsque la nuit tombe, le fleuve se mue en un lac d’argent que la houle parcourt de murmures paisibles. Une vouivre  amérindienne, Maïpolina,  apparait parfois aux Indiens du fleuve, de même qu’un mystérieux  Molokot – ou   Popoké (pour les Noirs Boni)- , l’esprit du tigre d’eau….

La  ville de Saint Laurent du Maroni, une des villes portes du Parc Naturel Régional de Guyane,  est bordée d’une végétation foisonnante et fleurie. Celle-ci  se  déploie sur le fleuve frontière, dans les jardins fleuris ou dans la forêt des Malgaches,  qui doit son nom aux bagnards déportés de Madagascar.   La mauvaise réputation de cette forêt,  tragique et dangereuse, vient d’être métamorphosée par l’Office National des Forêts qui,  depuis 1957, la laisse croitre sans exploitation forestière. Pour attirer les citadins vers cette nature qui se reconstitue, l’ONF organise depuis une dizaine d’années des parcours pédestres, animés par des conférenciers. En novembre 2017, l’entrée de cette forêt historique a été embellie par les oeuvres monumentales  (en troncs dressés) de sept sculpteurs (ou collectifs de sculpteurs) qui ponctuent les chemins de a mémoire et de la biodiversité.  Cette expérience de Forest Art à Saint Laurent du Maroni donne à voir de beaux totems dressés par des sculpteurs de Guyane, mais aussi de Martinique, Bourgogne, Paris, Suriname et Nouvelle Calédonie : les artistes ont façonné pendant dix jours des tronçons de bois de plusieurs mètres de hauteur, travaillant les essences rouges du  wacapou ou du taaputiki. Le paysage ouvre à un imaginaire mêlé de gestations et de genèses ou le genre humain côtoie les animaux de la forêt.

Une invitation à la poétique du monde, comme le penseur Bachelard nous y invite, entre terre, bois et eaux.. L’art doit apporter ensemble, légèreté  et gravité au promeneur, tandis que le bois fait respirer l’imagination.

Sylvie Dallet (janvier 2018)