École Buissonnière, un poème de Charles Cros

 Naguère le poète Charles Cros (1842-1888) écrivit une charmante ÉCOLE BUISSONNIÈRE, toute inspirée par les saisons. Sa chanson des buissons, légère et grave comme la vie du poète,  laisse transpercer, en son langage des fleurs, la mélancolie des insoumis.

Ma pensée est une églantine
Éclose trop tôt en avril,
Moqueuse au moucheron subtil
Ma pensée est une églantine ;
Si parfois tremble son pistil
Sa corolle s’ouvre mutine.
Ma pensée est une églantine
Éclose trop tôt en avril.

Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes,
Un peu rude au doux abandon
Ma pensée est comme un chardon ;
Tu viens le visiter, bourdon ?
Ma fleur plaît à beaucoup de bêtes.
Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes.

Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux
Aux chants des eaux et des oiseaux,
Ma pensée est une insensée.
Les roseaux font de verts réseaux,
Lotus sans tige sur les eaux
Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux.

Ma pensée est l’âcre poison

Qu’on boit à la dernière fête

Couleur, parfum et trahison,
Ma pensée est l’âcre poison,
Fleur frêle, pourprée et coquette
Qu’on trouve à l’arrière-saison
Ma pensée est l’âcre poison
Qu’on boit à la dernière fête.

Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid
Sans souci d’heure ni d’endroit
Ma pensée est un perce-neige.
Si son terrain est bien étroit
La feuille morte le protège,
Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid.

 

Oeuvres : Sophie Thibaudat-Babouin et Danielle Boisselier (festival des Arts ForeZtiers 2016).

Le Cerf en son automne

 

le cerf, roi de la forêt, peint par Rosa Bonheur (1875)

L’automne  embrumée rassemble cerfs, daims et chevreuils, dans des courses de séduction et de chasse que les poètes ont célébrées. Le Cerf est un animal imprévisible et compliqué, symbole d’une forêt éternelle. Médiateur entre le ciel et la terre, il broute entre les racines d’Yggdrasil, l’arbre du milieu du monde de la mythologie nordique. Chevreuils et daims l’accompagnent, non loin de l’écureuil et du loup. Au XIXème siècle, Rosa Bonheur l’a peint de multiples façons, seul, avec la harde, en hiver, à l’automne. La forêt de Fontainebleau résonne encore de son empreinte, de ses brames et des chasses à courre.

Le cerf représente le mystère forestier, de la ramure aux racines.

Les représentants (Gloria Friedmann, 1992, FRAC Lorraine)
le roi-cerf ( oeuvre raku Cécile Aurejac, présentée au Festival des Arts Foreztiers en 2016)

Cette image se poursuit outre-mer au travers du film d’animation japonais, Princesse Mononoké, crée par le Studdio Ghibli et Miyazaki. Dans cette magnifique fresque sylvestre, un  cerf d’or incarne le fragile et authentique esprit de la forêt, accompagné de loups et de sangliers.

L’esprit cerf  du film de Miyazaki

À l’affût de ces récits, quelques images de présences légères ou violentes… Biche ô ma biche… est un chanson plus douce que les images de Bambi n’évoquent des tourments de la mère du faon. Le cerf mène de rudes combats pour une biche avant de l’abandonner, tandis que le bel Actéon métamorphosé par le courroux de Diane chasseresse pour l’avoir regardée se baigner, périt sous les crocs de ses chiens.

Sur le bitume de l’université de Nanterre, des cerfs bleus, peints au pochoir, mènent à la Ferme du Bonheur…

Cerf peint sur la chaussée de l’université de Paris X Nanterre (photo Dallet)

En 1946, Colette  toujours fascinée par le monde animal, écrivait dans l’Étoile Vesper ces lignes :

« Pour le seul printemps, nous devenons pareils à l’oiseau sous l’auvent de tuile, au cerf lorsqu’une certaine nuit il respire, dans la forêt d’hiver, l’inopiné brouillard que tiédit l’approche du temps nouveau ».

 

DU 20 au 22 juillet 2018, le Festival des Arts ForeZtiers renait sur le thème du Bestiaire enchanté...

 

 

Sculpter un imaginaire forestier en Estonie

 Pays du grand silence et des forêts de bord de mer,  l’Estonie, petit pays de la Baltique, encourage des sculptures naturelles et humaines.
Les paysages offrent des formes calmes, que les sculptures contrastent entre dragons, trolls et apparitions chamaniques.  La plupart des habitants de ce pays, par ailleurs  ultraconnecté, croient encore aux fées et autres créatures fantastiques.

la Bête du Gévaudan : artistes en visite à Brioude

L’exposition collective de la chapelle castrale de ST Ilpize s’est déroulée sur une journée, le 13 août. En septembre 2017, la Chapelle de la Visitation de Brioude  (Haute-Loire) accueille les oeuvres des dix artistes : Désiré Amani, Cécile Auréjac, Diane Cazelles, Sylvie Dallet, Pascal Miallier, Liam Morrissey, Jules Niamien, Gaëlle Redon, Eddy Saint-Martin, Franck Watel. Ces dix artistes présentent à la Chapelle de la Visitation les œuvres produites lors de la 4e édition de la Résidence artistique au Château de Saint-Ilpize.

présentation Diane Cazelles

Dates  de la Visitation:

  • 15-16-17 septembre 2017 (Journées du Patrimoine)
  • 22-23-24 septembre 2017
  • 29-30 septembre et 1er octobre 2017

Visite libre de l’exposition

Vendredi : 14h-18h –-Samedi  : 10h-18h –Dimanche : 14h-18h

 Programme des événements autour de l’exposition

Samedi 16 septembre

  • De 14h à 16h : Participation interactive du public pour le film retraçant l’ultime rencontre entre le chasseur Jean Chastel et la Bête du Gévaudan : « Faites la bête comme vous êtes ». Accompagnement sonore par Pascal Miallier (violon) et Liam Morrissey (violoncelle)
  • 16h : Vernissage

    performance Désiré Amani
  • 16h30 : Présentation de l’exposition, de la Résidence et des artistes participants, par Diane Cazelles
  • 16h45 : Performance d’ouverture de Désiré Amani avec intervention du public dans « La mort de la Bête du Gévaudan et la libération du peuple », accompagnée de la création électro-musicale de Liam Morrissey au violoncelle
  • 17h15 : Collaboration musicale de Pascal Miallier (violon) et de Liam Morrissey (violoncelle). Rencontre avec les 10 artistes

    violoncelle Liam Morrissey, peintures Pascal Miallier
  •  Dimanche 17 septembre
  • De 14h à 16h : Participation interactive du public pour le film retraçant l’ultime rencontre entre le chasseur Jean Chastel et la Bête du Gévaudan : « Faites la bête comme vous êtes »

Samedi 23 septembre

  • De 10h à 12h : Atelier pédagogique pour les enfants (à partir de 5 ans) animé par Gaëlle Redon: dessin, mime, contes..
  • A partir de 16h : Table ronde animée par Diane Cazelles avec :

Bernard Soulier (Président de l’association Au pays de la Bête du Gévaudan à Auvers, auteur) / Sylvie Dallet (professeur des universités en Arts, présidente du festival Les Arts ForeZtiers) / Valerian Maly (artiste performeur et enseignant à la Haute École des Arts de Berne) avec Klara Schilliger (artiste performeuse)/et les artistes de l’exposition.

Contact organisation : Diane Cazelles / portable : 06 83 63 91 55 / courriel : diane.cazelles@gmail.com

 

La Bête du Gévaudan « croquée » par les artistes ?

Gaëlle Redon & Désiré Amani à l’oeuvre
Reliquaire (Pascal Miollis)
Chapelle castrale intérieur

Après un séjour au  Moulin Richard de bas du pays des « feuilles blanches » d’Ambert dans le Puy de Dôme, quatre artistes ForeZtiers  (Cécile Auréjac, Sylvie Dallet, Eddy Saint-Martin, Franck Watel) participent d’une résidence de création  collective au château de Saint-Ilpize du 7 au 13 août.
Cette résidence de création, proposée par Diane Cazelles sur un site historique de Haute-Loire,  rassemble dix créateurs internationaux  composites et inspirés, peintres, photographes, musiciens, vidéastes, performers  (Désiré Amani, Cécile Auréjac, Diane Cazelles, Sylvie Dallet, Pascal Miollis, Jules Niamien, Gaëlle Redon, Eddy Saint Martin, Franck Watel…) sur le thème de la Bête du Gévaudan.

Rébus de la Bête (acrylique, Sylvie Dallet)

Cette bête mythique, loup gigantesque, chien de guerre ou hyène dressée par un sadique,  aurait ravagé l’Auvergne  durant plusieurs années du XVIIe siècle, de 1764 à 1767, semant la terreur dans les campagnes, du Gévaudan à Langeac. Sortie de la forêt, la Bête comme on la nommait avec crainte, n’a depuis trois siècles,  jamais livré son mystère, inspirant aux historiens comme aux romanciers de multiples ouvrages, alimentant les plus folles rumeurs.

Quels sont les enjeux  de cette une  installation nouvelle, cette interprétation créative  destinée à rencontrer le public le 13 août 2017 en la chapelle de ST-Ilpize ?

Quelques notes jetées sans ordre apparent peuvent donner l’image la plus exacte des événements.

Partons de ces traces singulières :
Saint Ilpize est un village médiéval historiquement juché sur un piton rocheux qui surplombe l’Allier. Son nom vient de l’ermite Ilpide qui séjournait au IVe siècle dans les gorges de l’Allier, la rivière à saumons. Selon la légende chrétienne, le vieil Ilpize/Ilpide aurait préservé et porté  la tête de Julien, un soldat romain martyrisé pour sa foi à Brioude. La mythologie française relève que les récits de têtes portées révèlent en creux, le passage de l’eau et la transmission des savoirs. Sources vives et sources d’Histoire…

La Bête mise en scène (Franck Watel & Eddy Saint Martin)

Diane Cazelles, plasticienne, journaliste et scénariste d’intérieur, initiatrice et productrice de cette 4ème résidence de création à ST Ilpize,   réunit une dizaine de créateurs afin de questionner l’histoire fantasmée de la Bête. Son contact est : diane.cazelles@gmail.com.

Le collectif des artistes va présenter le 13 août en la chapelle castrale de Saint Ilpize, le fruit de de leur travail en commun, un travail qui sera,  lors du mois de septembre  (uniquement en week- end) présenté dans la Chapelle de la Visitation de Brioude.

la bête rouge @Sylvie Dallet)

Qui est la Bête aujourd’hui ? Est ce l’Autre qui nous fait peur ? Est ce la bête en nous qui nous fait craindre de l’autre les pires méfaits ? Comment se déguise t’elle aujourd’hui ? A la fin de l’époque moderne, la Bête a violenté des enfants comme naguère, à la fin de l’Antiquité, les Romains ont décapité les croyants Julien et Privat.  Une moderne mise en scène de l’Histoire pour signifier une persécution d’innocents  et préparer des changements politiques par la terreur ? L’ancienne notion de la « bête immonde » surgit déjà dans l’Ancien testament, comme une incarnation du Mal.

La Bête tuée d’une balle d’argent en 1767,  avait reculé, aux abords des pacages forestiers, devant  la résistance des enfants bergers qui,  réunis en collectif, avaient réussi à tenir  sa férocité à distance.  Comme des enfants, les artistes regardent le monde avec le front têtu de leurs rêves. Ils voient l’indicible et  le traduisent  en images et en sons.

Au XXe siècle, le romancier auvergnat Henri Pourrat ( Histoire fidèle de la Bête du Gévaudan, 1946, illustré  bois gravés de  Philippe Kaeppelin) et d’autres historiens romanciers ont tenté de percer ce mystère jusqu’à ce Pacte des loups  (2001), dont le cinéaste Christophe Ganz a développé la mythologie pour la plus grande curiosité de quelque 6 millions de spectateurs… Laissons l’imagination vagabonder avec le sage Ilpize vers la source des croyances anciennes et apprivoisons la bête pour mieux soigner nos peurs contemporaines…

Sylvie Dallet

La Bête et la balle d’argent(@Sylvie Dallet)

 

 

 

La montagne d’Ambert, souvenirs d’un vernissage foreztier au « pays des feuilles blanches »

L’écrivain ambertois, Alexandre Vialatte  (1901-1971)  décrit ainsi  L’Auvergne…«  C’est un secret plus qu’une province. Elle vous tourmente toujours d’un tendre songe. C’est quand on l’a trouvée qu’on la cherche le plus. »

 

La montagne d’Ambert recèle  puis dévoile  aux passants le Moulin Richard de bas qui reste la promenade mythique des Auvergnats, fidèles  à « l’herbe des trois vallées » depuis l’ouverture du Moulin au public par Marius Péraudeau.
Ce Moulin-Musée est, en effet,  le dernier témoin du vert pays de moulins papetiers dont l‘Encyclopédie de Diderot a lancé le succès au XVIIIe siècle.

« Le pays des feuilles blanches »    a patiemment reconstruit son identité culturelle dans les années 1940,  dans  l’amitié d’Henri Pourrat et de Marius Péraudeau.
Le buste de Diderot est encore à l’encoignure de la salle des Mésanges, qui accueille jusqu’au 6 août les oeuvres papier des Artistes foreZtiers.  Une belle salle emplie de lumière, entre des petits carreaux et une splendide cheminée. Les entre-poutres offrent aux regards un papier peint d’oiseaux bleus et roses qui symbolisent  les mésanges, en rappel des oiseaux qui, naguère,  se rafraichissaient le bec aux papiers qui séchaient.

Venus de Haute-Loire, les Artistes  ForeZtiers s’y sont installés en Copains du Puy de Dôme depuis le 3 juillet. Ils avaient dormi la veille à l‘Auberge de jeunesse de ST Martin des Olmes, dans un ancien  et ravissant couvent de femmes,  converti en hébergement collectif . Les oeuvres exposées ont été conçues pour le Moulin dans leur ensemble. Seules quelques pièces sont issues des éditions précédentes du Festival.
Quelques photographies de la journée du vernissage…

Et le lien avec l’article paru dans La Montagne dès le 6 juillet…

http://www.lamontagne.fr/ambert/2017/07/06/a-la-decouverte-de-huit-artistes-qui-ont-travaille-sur-ou-avec-le-papier-richard-de-bas_12474216.html

Gestation de l’exposition au Moulin Richard de bas (juillet 2017) : peintures, triboulets et papiers enchantés

Chapeau de mariée (Rosine Astorgue)
La Nuit se fait des cheveux (Sylvie Dallet)

Du 3 juillet au 6 août, huit artistes Foreztiers exposent  des oeuvres nouvelles  sur papier à Ambert,  MOULIN RICHARD de BAS, salle des mésanges :

Rosine Astorgue (SCULPTURES Pâte à papier), Cécile Auréjac (ESTAMPES),  Véro Béné (PEINTURES MIXTES : Bouquets de lézards, Colibris), Sylvie Dallet ( PEINTURES Récits),  Eddy Saint-Martin (PEINTURES MIXTES), Félix Monsonis ( YOUPLALAS animés), Élisabeth Toupet (TISSAGES papier), Franck Watel (DESSINS et pâte à papier)…

Les figures en papier des Youplalas (Félix Monsonis)

Félix Monsonis explique ainsi ses figurines :

« Un Youplala est un triboulet. Triboulet vient du verbe tribouler, ou tribouiller, s’occuper à manier, remuer, agiter (éventuellement agiter dans ses méninges). C’est un jouet ancien composé d’une figurine articulée, peinte à la gouache sur papier du Moulin Richard-Debas et montée sur un perchoir en coudrier. Son montage simple lui permet de faire des acrobaties.

Le Youplala n’est pas une oeuvre d’art au sens d’Andy Warhol. C’est plutôt un objet d’art modeste au sens du MIAM2. Il ne faut pas confondre le Youplala avec le youpala qui est un siège-bébé obsolète…. »

 

Gestation (Sylvie Dallet)

Cette peinture mixte  (acrylique, encre)  a été réalisée par Sylvie Dallet sur papier  à inclusion de Fougères du Moulin Richard de bas et sera exposée lors de l’événement « Les Arts ForeZtiers au Moulin Richard de bas ».

Colibris (Véro Béné, encres et aquarelle)

Cette peinture a été réalisée après le voyage de Véro Béné dans les forêts de Guyane.

Du jardin Lafayette parisien aux prés de Chavaniac


À Paris, au 91 rue des Haies (75020) , l’association Lafayette Accueil fait le lien sur 600 m² de jardin en terrasses entre des riverains et des personnes dans le cadre d’un parcours d’insertion. Ce jardin, situé sur le toit du gymnase de la rue des Vignoles, a été inauguré au printemps 2009 en gestion partagée avec l’association Les jardins du béton, qui ouvre le jardin au public toutes les fins de semaine. Des allées permettent de circuler entre les plantations, une terrasse est en cours d’aménagement, aux deux extrémités du jardin deux haies d’hélianthes forment un écran de verdure. On accède au jardin sur le toit par un escalier extérieur, mais un ascenseur a été aussi prévu pour les personnes à mobilité réduite.  « Ce jardin sur le toit » offre une vue insolite et sans égale sur les toitures de ce quartier du 20e arrondissement.
Le but des « jardins béton » est de créer des conditions favorisant le bien-être et l’autonomie d’un public majoritairement mis à l’écart des échanges économiques et sociaux. Ils sont aussi destinés à cultiver des projets de vie visant à une meilleure insertion sociale et/ou professionnelle et d’éduquer à l’environnement en s’appuyant sur l’universalité des activités liées au domaine du vivant.
À Chavaniac-Lafayette, en ce début de juin, le Conservatoire botanique du Massif Central ouvre ses jardins aux curieux adultes et enfants. Des visites guidées de la flore sont organisées à plusieurs moments de ce mois.

Le parc  du Château, qui a subi  une terrible tempête se régénère peu à peu,  tandis que certains de ses grands arbres, aux prises avec la tornade de mai,  se sont abattus, enchevêtrés.
Aux alentours, les prés sont fauchés sur les chemins qui montent du volcan  du Bracou vers les Sausses. Tout verdoie  désormais en ce printemps   2017 qui a traversé une saison de froidure insolite qui a fait geler les épis de blé.  Faut-il comme naguère à l’initiative du Marquis, donner les semences  aux plus pauvres ?