Archives mensuelles : juin 2018

Le Bestiaire enchanté, une autre façon de raconter les histoires…

Un projet sensationnel, porté par la Galerie Terre d’Aligre, partenaire du Festival.
Arts du feu et livres d’art… un nouvel  et intrigant récit du bestiaire enchanté : vingt neuf animaux crées, quinze céramistes sollicités, une galeriste inspirée à l’orchestre,  sur le le livret éponyme de Maurice Genevoix.

Nous sommes allées,  Céline Mounier et Sylvie Dallet, à la rencontre de Myriam Bürgi qui nous a reçues fort chaleureusement. Tout est beau dans ce lieu. Nous nous sentions bien dans la galerie cette fin d’après-midi-là. Nous échangions sur le métier de libraire d’art/galeriste, que nous comparions à celui de metteur en scène, en citant Ariane Mnouchkine. Nous discutions du Bestiaire enchanté de Maurice Genevoix, nous en commencions lecture, nous avions envie de lire à voix haute, l’écriture est de haute tenue et à la lecture, on vit la nature, on se meut en elle, et dans les souvenirs de l’auteur. Depuis cette rencontre, Myriam Bürgi nous a fait le cadeau de sa plume, par le récit que voici.

« La galerie Terre d’Aligre (Paris 75012) dédiée à la céramique contemporaine a été créée en 2008 par Philippe Albizzati et Myriam Bürgi, altiligériens d’adoption depuis 1978.

En découvrant le thème de l’édition 2018 du festival : Bestiaire enchanté, une autre façon de raconter les histoires… notre projet de simple visite s’est mué en projet de présentation de sculptures animalières car notre expérience en la matière nous a convaincu, aux sourires qui fleurissent sur les lèvres des visiteurs, que le bestiaire est par essence enchanteur. Une exposition sur le thème du bestiaire est une promesse de bonheur partagé et ce thème a résonné pour nous comme une invitation à rejoindre le festival.

Passé ce premier moment d’enthousiasme, il fallait resserrer le champ, fixer un cadre, avoir un fil conducteur… Bestiaire enchanté, bien mais quels animaux ? Familiers, méconnus, symboliques, sauvages, européens, exotiques, utiles, nuisibles, petits, grands, qui attirent la sympathie, le rire, la peur, héros de fables, de contes … ?

Pianoter bestiaire enchanté sur le net, découvrir le livre éponyme de Maurice Genevoix (1890 – 1980) et adopter sans réserve son choix éclectique de 29 animaux : l’abeille, l’alose, l’anguille, l’autruche, l’aoûtat, le barbeau, le chevesne, la carpe, le chimpanzé, le chat, le chien, la chouette, la coccinelle, l’écureuil, l’élan, l’éphémère, l’escargot, la grenouille et ses têtards, le grèbe, la libellule, le loir, le loriot, le loup, la marmotte, la mésange, le serpent, la pipistrelle, l’oie sauvage et le mouflon.

Les nouvelles, une pour chaque animal, racontent et entrelacent souvenirs, leçons de savoir-vivre, stratégies de pêche, rencontres… le narrateur est tour à tour contemplatif, chasseur, homme de la brousse, philosophe, villageois, enfant, grand-père… une autre façon de raconter les histoires.

Le livre de Maurice Genevoix, Bestiaire enchanté, est épuisé depuis longtemps. L’éditeur n’a plus de contact avec les ayant droits. Plusieurs solutions : le livre d’occasion chez les bouquinistes réels ou en ligne, la bibliothèque municipale ou celle de votre grand-mère, les vide-greniers…

Narration enchanteresse : l’audace de la nouvelle sur l’aoûtat, la description de la vie d’autrefois, une fine observation de la nature, la magie des têtards, la rencontre tendre avec l’écureuil, la chasse et la pêche que Maurice Genevoix pratique à l’occasion, mais aussi les méfaits du consumérisme, son horreur du carnage des cuisses de grenouilles…

Son style, poétique et raisonnable, a un effet apaisé, apaisant. De l’avis de plusieurs lecteurs, pour en goûter toute la richesse et la saveur : lire une à trois nouvelles à la suite, pas plus.

Céramiques animalières, à quels céramistes demander de contribuer ? Pendant les semaines qui ont suivies notre proposition de participer et l’accord des organisateurs du festival, au fil de nos rencontres ou de façon plus déterminée vis-à-vis de céramistes animaliers avec qui nous avions déjà travaillé nous nous sommes appliqués à faire naître des désirs d’aoûtat et de mouflon, de têtard et de marmotte… Nous avons aussi recruté des sculptures « déjà là » de chien, de loriot… 

Les céramistes se sont exprimés en sculpture ou en dessin (sur assiettes, plats, coupes et carreaux), en collant à la réalité ou en s’en affranchissant, en grès ou en porcelaine, terre émaillée ou terre brute, cuisson au bois ou au gaz, à l’échelle qui est la leur… en choisissant dans le bestiaire de Maurice Genevoix un animal ou plusieurs, en une pièce unique ou en plusieurs déclinaisons, avec un seul animal ou en groupe, présentant l’animal seul ou mis en scène…

Chaque céramiste a été libre d’investir les animaux de son choix pour peu qu’ils appartiennent au Bestiaire enchanté de Maurice Genevoix.

Quinze céramistes participent : Cécile Aurejac, Evelyne Boinot, Capri, Pablo Castillo, Nicole Crestou, Jean-Jacques Dubernard, Fany G, Emilie Gavet, Joëlle Gervais, Marie-Eve Ginhoux, Marie-Pierre Lamy, Cécile Meunier, Martine Nonnenmacher, Simone Perrotte, Elodie Lesigne.

« la chouette » par Emilie Gavet

Elles et ils sont d’Auvergne ou de plus loin, seront présents ou nous auront confié leurs pièces.

Lorsque plusieurs céramistes participent à une même exposition, c’est l’occasion pour le public de découvrir dans le même espace-temps l’incroyable diversité de la création céramique. Diversité des imaginaires, des univers esthétiques auquel chacun se réfère, des techniques et procédés utilisés qui génèrent à l’infini des variations de texture, de couleurs, de matité…

L’installation aura, elle aussi, son rôle à jouer.

Enfin, vous viendrez, vous verrez et vous exprimerez ! »

 

 

 

Diane Cazelles, entre l’Afrique et St Ilpize

Céline Mounier  rencontre Diane Cazelles, journaliste (photographie et écriture), peintre, organisatrice de résidences d’artistes, passionnée d’Auvergne et d’Afrique, respectueuse des libertés créatrices que la belle mémoire entraîne…

« Après rapides échanges de mails, nous nous sommes donné rendez-vous par téléphone un matin. Nous avons chacune volé du temps, une demi-heure pas plus, toutes les deux affairées dans nos travaux du moment et nos contingences. Diane me parle d’emblée de la Résidence Artistique au Château de Saint-Ilpize, un laboratoire de créations pluridisciplinaires et de rencontres. Très vite et en donnant envie de le découvrir sans tarder, en patientant jusqu’en août quand même. Je lui demande une webographie pour me plonger dans ses travaux, les découvrir, cheminer dans un parcours tissé de paysage, de personnes et d’un haut-lieu en particulier, Saint-Ilpize. Saint-Ilpize, je prends plaisir à répéter encore ce nom, ça y est, j’ai découvert le lieu, par la seule magie du web pour l’heure, pas encore avec mon corps. Nous poursuivons notre conversation dans un café de bon matin toujours, l’air parisien est mi-pollué, mi-tropical.

ST Ilpize par Pierre Faucher

Céline Mounier : Diane, peux-tu nous dire quelques mots de cette résidence, qui se tiendra du 6 au 12 août prochain  à St Ilpize?

Diane Cazelles : Oui, il est un lieu haut perché et volcanique en Auvergne. La Résidence a lieu dans la chapelle du château, en fait sur le site du château. J’aime ce lieu. J’aime investir des hauts-lieux. Le patrimoine, c’est important pour moi et l’art ravive l’histoire. J’ai un jour investi le Cloître de Lavaudieu dont un Christ est pour une partie de lui à Paris, pour l’autre à New-York. Il y avait une histoire tragique à raconter dans ce lieu. Pour revenir au château de Saint-Ilpize, le voici, ici peint par mon meilleur ami et artiste Pierre Faucher, décédé en 2016.

Le principe de la Résidence est le suivant : les artistes arrivent, se mettent à l’ouvrage, créent ensemble et le dernier jour, la création est là. Voici le thème de cette année : “Bal des Grotesques ! Danses païennes et contemporaines, la mythologie recomposée et les rites perpétués”. Le dernier jour est dernier et vernissage.

CM : Quand je lis le titre de cette année, le Bal des Grotesques,  je comprends que le sujet, c’est la danse de l’Histoire…

DC : Les danses donnent à penser le monde. La danse avec les autres arts, et on ne sait pas dire à l’avance si c’est elle qui mènera la danse. D’ailleurs, il n’en est pas question. Les artistes mèneront la danse. Les créations se font au rythme des visiteurs et de leurs pas et arrêts, et qui qui sait si cela n’imprimera pas le rythme de la danse. Et qui sait s’il y aura de la danse d’ailleurs ! L’événement fonctionne comme un laboratoire de création. Tu sais, je suis aussi très intéressée par les squats. J’ai écrit Made in banlieue, je te le prêterais à l’occasion, on retrouve quelque chose de l’esprit des squats à Saint-Ilpize. L’année dernière, il y a eu Eddy, il y a eu Gaëlle, et tous les autres, il y a nos histoires, la mienne de journaliste en Afrique par exemple, qui croisent les Histoires, celle de la Vierge Noire par exemple. Qui sait quel Bal nous produirons cette année ? Nul ne sait.

CM : Quel est ton rôle dans l’aventure de Saint-Ilpize ? Tu noteras que je prends plaisir à prononcer ce nom à lui seul enchanteur !

DC : J’ai initié la résidence en 2014. C’était au départ comme un défi d’une volonté d’amis. Je l’ai conçu comme un laboratoire d’emblée où nous partageons ensemble nos envies créatives. On retrouve cet esprit au festival des Arts Foreztiers.

CM : Je peux voir tes peintures ?

DC : Tiens, je t’en envoie et tu choisis. Les bois m’inspirent. Les personnes m’inspirent.

CM : Je choisis celles-ci !

CM : En 2017, le thème était La Bête du Gévaudan, http://lesartsforeztiers.eu/les-artistes-et-la-bete/ ‎veux-tu nous en parler ?

DC : C’était la première fois depuis 2014 qu’un thème était proposé. Le Gévaudan célébrait le 250ème anniversaire de la mort de la bête. Il y a de la peur et des fantasmes, de l’animalité et de l’humanité dans cette histoire. Elle a fait couler beaucoup d’encre. C’est une histoire incroyable qui n’est toujours pas résolue.

CM : J’ai lu cet article dans La Montagne https://www.lamontagne.fr/brioude/loisirs/art-litterature/2017/08/10/la-petite-chapelle-du-chateau-accueille-une-dizaine-de-createurs-jusqua-dimanche_12512386.html

DC : Oui, Franck Watel et Eddy Saint-Martin s’affairaient à finaliser leur “piège à bête”, une installation où artistes et visiteurs étaient invités à rejouer la mort de la Bête devant une caméra.

CM : Puis, à Brioude, les artistes se sont réunis, regarde, j’ai mes sources : http://lesartsforeztiers.eu/la-bete-du-gevaudan-suite-et-fin/, et, à nouveau, il était possible d’écouter la musique de Liam Morrissey. Te souviens-tu de quel morceau il jouait ce jour-là ?

DC : Avec Pascal, Liam a composé ce morceau. De l’improvisation… à Bach, Liam va avec son violoncelle et joue librement. Surprenant et magnifique !

CM : La bête du Gévaudan reviendra-t’elle au Bestiaire enchanté en juillet ?

DC : Je ne crois pas. Ce qui sera important pour moi à Chavaniac, ce sera la forêt. Je pense que je vais travailler sur l’éphémère. L’éphémère pour dire la fragilité de toutes les bestioles. Je souhaite être dans la forêt. La forêt est mon refuge. Elle m’appelle. Je souhaite l’investir à Chavaniac sur l’éphémère pour dire quelque chose du monde comme il va.

CM : En somme, avec l’éphémère, tu nous parles de résistance.

DC : Oui. Avoir l’ambition de sauver le monde tue, mais travailler, ça suffit pour sauver son monde. Ce n’est pas lui qui dira le contraire dans sa danse mi – païenne des terres volcaniques, mi-africaine. »

Plantes et bestiaires en fête

Ce que les fleurs voient… (@Sylvie Dallet)

Difficile de résumer cette intersection mystérieuse qui a conjugué à la fois la mise en scène d’un premier Bestiaire, en avant première des oeuvres des Arts Foreztiers 2018 et l’imaginaire des plantes et de leurs expressions poétiques, les fleurs.

Deux rendez-vous conjugués : la Fête des Plantes à Chavaniac Lafayette,  les deux et trois juin, avec ouverture exceptionnelle de l’écurie (dite grange Bonaventure, cf. https://www.helloasso.com/associations/les-arts-foreztiers) et le séminaire Imaginaire des fleurs ou se sont retrouvés le 6 juin,  quelques partenaires foreztiers : Ziqi Peng  (responsable du concours Chine), Weixuan Li (peintre), les parfumeurs Eva Chicoutel et Morgan Dhorme (Chidho) avec Céline Mounier et Sylvie Dallet,  régulièrement aux manoeuvres sur le facebook dédié aux Arts ForeZtiers.

La visite de l’écurie Bonaventure rassemblait les oeuvres de sept peintres et des sculpteurs,   soit 1/8 des artistes qui seront présents cet été.


Ermeline Dodici exposait dans la salle « mémoire du village » (Adrienne et Eugénie) des aquarelles de fleurs et des paysages (huiles) de la région, accrochées sur les brandes de bruyère, face aux photographies anciennes.

Véro Béné  avait apporté  deux grandes oeuvres sur kraft, carton et toile (Le cerf feuillu et les chevaux de la nuit, bien présentés sur Facebook), Sylvie Dallet  avait disposé quelques peintures  récentes (sur papier laurier Lamali et sur papier Moulin Richard de bas) , Suzy Tchang exposait son somptueux Coeur de fleurs, une oeuvre  sur papier marouflé des Arts ForeZtiers 2013, naguère présentée dans l’église  et Eddy Saint-Martin  accrochait deux oeuvres mixtes(collage, peinture et tissu). Eddy avait, par ailleurs,  réalisé à partir d’un drap de lin des années précédentes, un immense assemblage de tissus et de formes peintes de trois mètres de hauteur,  qui annonçait la manifestation à venir.   Les bénévoles ont hissé cette oeuvre sur la façade Bonaventure, en la Ferme St Eloi, épicentre du festival.

Pour la sculpture, les racines d’Alexandra Lesage (dont une racine de rosier, étrange totem …) le lézard du forgeron haïtien Jean Éddy Rémy et quatre oeuvres du sculpteur métal, Diego Martinez : deux hérons, un papillon, un aigle et une extraordinaire chauve-souris que Diego Martinez a fixé pour la photographie à une poutre de l’écurie, devant les râteliers à foin.

Arts du feu et arts du foin

Hérons de Diego Martinez

Samedi 2 juin, après une journée remplie de discussions animées et de présentations  festivalière à Chavaniac-Lafayette,  les artistes foreztiers Pascal Masson, Sylvie Dallet, Véro Béné et Isabelle Lambert sont allés rejoindre par la route d’Esfacy le Festival des arts  du Feu organisé par Cécile Auréjac et Franck Watel au Château médiéval de Domeyrat.  Nous y avions rendez-vous avec les artistes haïtiens, le forgeron Jean-Eddy Rémy, le peintre Eddy Saint-Martin et Mathias Cazin de l’association Zetwal.

Meules roses (@Sylvie Dallet)

La couleur nous accompagne…

Sur la route qui se déploie doucement dans les verts profonds que le printemps mouillé appelle, une ponctuation rose dans le couchant.  Le spectacle est splendide et surréaliste. En rémission d’un cancer, Michel Toussaint, agriculteur alsacien, a enveloppé ses bottes de foin d’un film rose.  D’habitude le foin est protégé d’un film noir ou vert bouteille, tachetant de sombre les prés fauchés.
Par cet acte coloré, Michel Toussaint entendait reverser de l’argent à la Ligue contre le cancer, sensibiliser à la solitude des malades… et encourager les autres agriculteurs à l’imiter. Là, près du minuscule village Esfacy, dans un lieu improbable traversé de la Senouire, autrefois piquetée d’or, les paysans d’Auvergne répondent à ceux d’Alsace.

Nous avions arrêté la voiture pour garder en souvenir cette insolite image.

Puis nous sommes repartis vers les hauteurs de Domeyrat ou le feu dompté déployait des emblèmes…  Forge, bijoux, céramique, métal..Des jeunes gens surgis des flammes conjuguaient leurs talents prométhéens.