Archives pour la catégorie Sylvie Dallet

Sculpter les photographies

En  juillet 2016, Albert David, professeur des universités et photographe de coeur, exposait pour la première fois au Festival des Arts ForeZtiers. Ses cadrages poétiques, aux arbres baroques et graciles furent remarqués par le service culturel de la mairie de Brioude qui souhaita les présenter à la Maison de Mandrin en septembre 2017. Cette jolie maison aux arcs gothiques,  bâtie au Moyen-Âge par un chanoine du chapitre de la basilique, visitée par le célèbre contrebandier Mandrin en 1754, est ouverte aux amateurs d’art . De nombreuses expositions de peintures, sculptures, photographies se succèdent toutes les trois semaines.

Lors de cette nouvelle exposition, Albert se fit accompagner par Aurélie, sculptrice de pierre tendre, venue de Montreuil pour cette occasion. Céline Mounier, présente également lors du Festival ForeZtier  où elle avait posé pour la performance de Philippe Tallis, « La Forêt nue », écrivit alors cette « animation d’une danse à la maison de Mandrin » qui fait suite.  Cette variation révèle sa saveur, avec et au delà des photographies et des sculptures.

« Albert expose des photographies et Aurélie des sculptures. Leurs oeuvres vivent leur vie ensemble. Voyez plutôt :

La Petite fille ouvre le bal. Enfin, on la regarde et on la respecte pour sa présence à elle, En attendant Pina. Les Fragments heureux pour une danse, ils se trouvent entre Le chemin, celui de la liberté, et Figures imposées. La vie est ainsi faite, les instants de félicité se rencontrent cheminant. La contrainte va offrir de ces instants.

Le cheval salvadorien est non loin du chemin. Il apporte du calme à la danse. Il se laisse caresser. Il est doux. Il est face à la Nature urbaine en rébellion. La ville crée sa propre nature en même temps que la nature est en ville, domestiquée. Parfois, elle redevient mi-sauvage, mi-fantastique. Le chat volcanique veut grimper sur La partition des arbres et pour le moment, il écoute la mélopée urbaine. Le chat est de lave.

Se tient loin de lui le guerrier de paix, Ne te presse pas de me laisser… Là où tu demeureras, je demeurerai. C’est la Paix qui le demande. Il est là, côtoyant Dans les limbes et faisant face à Migrations. Dans Migrations, des statues s’en vont. Elles en imposent de départ. Le Guerrier de la paix les regardent les belles, si majestueuses.

La lumière est tamisée, on parle à bas mots, on se chuchote à l’oreille là où les Conversations servent l’initiation. L’initiation est subjuguée par Conversations. Il y a de quoi vu comme va le monde qui a tendance à se vriller en plusieurs lieux. De loin, Le métayer observe la scène. Il est à l’écart et il y tient.

Bello se sent bien à côté de l‘Eden amoureux tandis que Raoul craint les Transformers qui éclatent de leurs feux de couleurs et de ciels bleus. Nos caresses lui font du bien. Il est très doux. Ses fesses s’offrent aux caresses. Au milieu de la scène, Le Bélier. Il est fier au milieu et personne ne réussit à lui faire peur. Il y en a qui ont essayé. Quand soudainement,

En plein coeur de l‘Aventure politique, L’enchanteur chante les louanges d’une danse. C’est que Pina est arrivée avec sa troupe. On imagine la danse sur la place devant la Maison de Mandrin. À moins que le regard n’aille vers Le village fantôme.

L’art forestier (Saint Laurent du Maroni- suite)

En complément de notre article sur les palétuviers et du Forest Art de Saint-Laurent du Maroni, l’amie qui nous l’a fait explorer, Laeticia Pagès, nous adresse les photographies des magnifique troncs – totems qui ornent l’entrée de la forêt des Malgaches. Certaines sculptures sont coiffées d’un chapeau de tôle qui les protège des intempéries et de l’humidité. Ce dispositif de faîtage rend hommage aux carbets (maisons de bois) couvertes de tôles de l’habitat amérindien et bushinengue. Arrivés en Guyane après les Indiens, les Bushinengue (« hommes de la forêt » ou « noirs marrons ») sont traditionnellement des charpentiers, des menuisiers, des sculpteurs. Fuyant depuis le  XVIIè siècle,  l’esclavage des plantations hollandaises, ils sont implantés au-delà du fleuve Maroni en territoire forestier français.

Contrastant avec le caractère hiératique des sculptures, hautes de plusieurs mètres, la signalétique  des promenades emprunte à la Bande Dessinée ses caractères ludiques.   

Neiges franciliennes

« Palmier chargé de neige » 2018, Montreuil

La neige est tombée sur Paris et l’Ile de France, donnant à tous les arbres l’occasion de se comparer « aux sapins en bonnets pointus » de Verlaine. Le lilas porte désormais des fleurs de coton et le palmier ressemble à un ananas de nacre, dont le toupet garde la couleur de l’été. Chacun se déguise en un carnaval blanc…

Théophile Gautier  (1811-1872) décrivait ainsi, au XIXème siècle, ce retour de la neige à Paris :

« Dans le bassin des Tuileries,

Le cygne s’est pris en nageant,

Et les arbres, comme aux féeries,

Sont en filigrane d’argent.

Les vases ont des fleurs de givre,

Sous la charmille aux blancs réseaux;

Et sur la neige on voit se suivre

Les pas étoilés des oiseaux. »

Puis en 1843, cette ode  à UNE JEUNE ITALIENNE

« Février grelottait blanc de givre et de neige ;

La pluie, à flots soudains, fouettait l’angle des toits ;

Et déjà tu disais : « Ô mon Dieu ! quand pourrai-je

Aller cueillir enfin la violette au bois ? »

Notre ciel est pleureur   et le printemps de France,

Frileux comme l’hiver, s’assied près des tisons ;

Paris est dans la boue au beau mois où Florence

Égrène ses trésors sous l’émail des gazons.

Vois ! les arbres noircis contournent leurs squelettes ;

Ton âme s’est trompée à sa douce chaleur :

Tes yeux bleus sont encor les seules violettes,

Et le printemps ne rit que sur ta joue en fleur ! »

La journaliste Dane Mc Dowell vient de publier en 2017  l’Herbier de Marcel Proust, orné des peintures imaginatives de l’illustratrice Djohr. Ces images répondent si bien au poème de Théophile Gautier que nous les citons en contrepoint de la nostalgie de l’Italienne Avec le fameux tableau de Brueghel  (1565)pour annonce, Les chasseurs en hiver, l’Ile de France se métamorphose en février…pour prélude à la renaissance du printemps.

 

Le Français? Une Langue animale…

Nous ne résistons pas à republier un billet d’humour de Jean d’Ormesson, rédigé en 2016 et sans doute destiné à inspirer le prochain thème des Arts ForeZtiers…

« « Myope comme une Taupe», «rusé comme un Renard», «serrés comme des Sardines»…
Les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les Fables de La Fontaine, ils sont partout.

La preuve: que vous soyez fier comme un Coq, fort comme un Boeuf, têtu comme un Âne, malin comme un Singe ou simplement un chaud Lapin, vous êtes tous, un jour ou l’autre, devenu Chèvre pour une Caille aux yeux de Biche.

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un Paon et frais comme un Gardon et là, … pas un Chat! Vous faites le pied de Grue, vous demandant si cette Bécasse vous a réellement posé un Lapin.

Il y a Anguille sous roche et pourtant le Bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de Linotte avec qui vous êtes copain comme Cochon, vous l’a certifié: cette Poule a du Chien, une vraie Panthère! C’est sûr, vous serez un Crapaud mort d’amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un Chien.

Vous êtes prêt à gueuler comme un Putois quand finalement la fine Mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un Canard. Sauf que la fameuse Souris, malgré son cou de Cygne et sa crinière de Lion est en fait aussi plate qu’une Limande, myope comme une Taupe, elle souffle comme un Phoque et rit comme une Baleine. Une vraie peau de Vache, quoi! Et vous, vous êtes fait comme un Rat.

Vous roulez des yeux de Merlan frit, vous êtes rouge comme une Ecrevisse, mais vous restez muet comme une Carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du Coq à l’Âne et finissez par noyer le Poisson. Vous avez le Cafard, l’envie vous prend de pleurer comme un Veau (ou de verser des larmes de Crocodile, c’est selon). Vous finissez par prendre le Taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de Cheval qui vous permet de filer comme un Lièvre.

Ce n’est pas que vous êtes une Poule mouillée, vous ne voulez pas être le Dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un Agneau sous vos airs d’Ours mal léché, il ne faut pas vous prendre pour un Pigeon car vous pourriez devenir le Loup dans la bergerie.

Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des Chiens de faïence. Après tout, revenons à nos Moutons: vous avez maintenant une faim de Loup, l’envie de dormir comme un Loir et surtout vous avez d’autres Chats à fouetter.

Texte de Jean d’Ormesson (2016)

Lettre aux amitiés internationales

Monet peint par Sisley en la forêt de Fontainebleau

Cela fait longtemps que nous y songions.

Mais nous avons attendu cette veille de 2018, pour préparer notre sixième édition.
Le Festival des Arts ForeZtiers, blotti dans le village symbolique de Chavaniac, lieu de naissance du général Lafayette, humaniste, physiocrate et héros de trois révolutions libertaires (une américaine et deux françaises) programme depuis sa création, des artistes internationaux inspirés, issus de l’Espagne, de l’Italie, de la Lettonie, de l’Australie, de la Chine, de Taiwan, d’Haïti, de Belgique, du Maroc… Nous continuons à correspondre, dans la communauté de nos expressions joyeusement différentes.

Depuis la création du site des Arts ForeZtiers, des yeux attentifs visionnent les images et les textes proposés par l’équipe des Arts ForeZtiers, avec une grande régularité de consultation. Nous sommes très heureux de cette familiarité internationale qui s’est installée au fil des années. Vous n’êtes pas tous des robots venus nous vendre des produits industriels !

Nous sommes, nous aussi, curieux de vous connaître, de vous entendre, de vous lire, peut être de comprendre votre amour pour les forêts… Nous espérons que notre thème de 2018, Bestiaire enchanté, saura vous inspirer des expressions  et réponds poétiques, comme les petites lumières obstinées des lucioles.

Cette farandole de lecteurs inconnus, venus du monde entier, est porteuse d’un imaginaire secret, coloré d’images, de sons et de récits :

« Dragon » tissages Elisabeth Toupet (Lyon 2017)

Allemagne, Algérie, Angola, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Canada, Chine, Congo, Corée du sud, Côte- d’Ivoire, Espagne, Estonie, États-Unis, Grèce, Gabon, Guadeloupe, Haïti, Japon, Inde, Irlande, Italie, Lettonie, Liban, Luxembourg, Maroc, Martinique, Mexique, Nouvelle-Calédonie, Pays-Bas, Pérou, Portugal, Pologne, Polynésie française, Réunion, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Sénégal, Singapour, St Martin, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchéquie, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Uruguay et Vietnam…

N’hésitez pas à nous parler, nous soutenir, échanger des idées, des récits et nous parler d’œuvres qui vous tiennent à cœur… l’art, l’humour et la vie collaborent à des rencontres indispensables à la création. Le Festival est une oeuvre vivante qui évolue à chaque session, semblable au lézard dont il a pris l’emblème. 

Le Festival des Arts ForeZtiers, naguère produit par l’Institut Charles Cros http://www.institut-charles-cros.eu/, s’est défini depuis octobre 2017 en association loi 1901, avec des partenariats autonomes. L’Institut Charles Cros lui reste lié comme membre fondateur, mécène et partenaire de recherche.

À bientôt de vous lire

Sylvie Dallet (pour l’équipe des ForeZtiers)

Céramique Cécile Auréjac, peinture Diane Cazelles (Brioude 2017)

La liste des artistes chercheurs et partenaires est toujours consultable sur le site de l’Institut Charles Cros, sur ce lien  : http://www.institut-charles-cros.eu/?page_id=14

 

École Buissonnière, un poème de Charles Cros

 Naguère le poète Charles Cros (1842-1888) écrivit une charmante ÉCOLE BUISSONNIÈRE, toute inspirée par les saisons. Sa chanson des buissons, légère et grave comme la vie du poète,  laisse transpercer, en son langage des fleurs, la mélancolie des insoumis.

Ma pensée est une églantine
Éclose trop tôt en avril,
Moqueuse au moucheron subtil
Ma pensée est une églantine ;
Si parfois tremble son pistil
Sa corolle s’ouvre mutine.
Ma pensée est une églantine
Éclose trop tôt en avril.

Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes,
Un peu rude au doux abandon
Ma pensée est comme un chardon ;
Tu viens le visiter, bourdon ?
Ma fleur plaît à beaucoup de bêtes.
Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes.

Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux
Aux chants des eaux et des oiseaux,
Ma pensée est une insensée.
Les roseaux font de verts réseaux,
Lotus sans tige sur les eaux
Ma pensée est une insensée
Qui s’égare dans les roseaux.

Ma pensée est l’âcre poison

Qu’on boit à la dernière fête

Couleur, parfum et trahison,
Ma pensée est l’âcre poison,
Fleur frêle, pourprée et coquette
Qu’on trouve à l’arrière-saison
Ma pensée est l’âcre poison
Qu’on boit à la dernière fête.

Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid
Sans souci d’heure ni d’endroit
Ma pensée est un perce-neige.
Si son terrain est bien étroit
La feuille morte le protège,
Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid.

 

Oeuvres : Sophie Thibaudat-Babouin et Danielle Boisselier (festival des Arts ForeZtiers 2016).

La Bête du Gévaudan « croquée » par les artistes ?

Gaëlle Redon & Désiré Amani à l’oeuvre
Reliquaire (Pascal Miollis)
Chapelle castrale intérieur

Après un séjour au  Moulin Richard de bas du pays des « feuilles blanches » d’Ambert dans le Puy de Dôme, quatre artistes ForeZtiers  (Cécile Auréjac, Sylvie Dallet, Eddy Saint-Martin, Franck Watel) participent d’une résidence de création  collective au château de Saint-Ilpize du 7 au 13 août.
Cette résidence de création, proposée par Diane Cazelles sur un site historique de Haute-Loire,  rassemble dix créateurs internationaux  composites et inspirés, peintres, photographes, musiciens, vidéastes, performers  (Désiré Amani, Cécile Auréjac, Diane Cazelles, Sylvie Dallet, Pascal Miollis, Jules Niamien, Gaëlle Redon, Eddy Saint Martin, Franck Watel…) sur le thème de la Bête du Gévaudan.

Rébus de la Bête (acrylique, Sylvie Dallet)

Cette bête mythique, loup gigantesque, chien de guerre ou hyène dressée par un sadique,  aurait ravagé l’Auvergne  durant plusieurs années du XVIIe siècle, de 1764 à 1767, semant la terreur dans les campagnes, du Gévaudan à Langeac. Sortie de la forêt, la Bête comme on la nommait avec crainte, n’a depuis trois siècles,  jamais livré son mystère, inspirant aux historiens comme aux romanciers de multiples ouvrages, alimentant les plus folles rumeurs.

Quels sont les enjeux  de cette une  installation nouvelle, cette interprétation créative  destinée à rencontrer le public le 13 août 2017 en la chapelle de ST-Ilpize ?

Quelques notes jetées sans ordre apparent peuvent donner l’image la plus exacte des événements.

Partons de ces traces singulières :
Saint Ilpize est un village médiéval historiquement juché sur un piton rocheux qui surplombe l’Allier. Son nom vient de l’ermite Ilpide qui séjournait au IVe siècle dans les gorges de l’Allier, la rivière à saumons. Selon la légende chrétienne, le vieil Ilpize/Ilpide aurait préservé et porté  la tête de Julien, un soldat romain martyrisé pour sa foi à Brioude. La mythologie française relève que les récits de têtes portées révèlent en creux, le passage de l’eau et la transmission des savoirs. Sources vives et sources d’Histoire…

La Bête mise en scène (Franck Watel & Eddy Saint Martin)

Diane Cazelles, plasticienne, journaliste et scénariste d’intérieur, initiatrice et productrice de cette 4ème résidence de création à ST Ilpize,   réunit une dizaine de créateurs afin de questionner l’histoire fantasmée de la Bête. Son contact est : diane.cazelles@gmail.com.

Le collectif des artistes va présenter le 13 août en la chapelle castrale de Saint Ilpize, le fruit de de leur travail en commun, un travail qui sera,  lors du mois de septembre  (uniquement en week- end) présenté dans la Chapelle de la Visitation de Brioude.

la bête rouge @Sylvie Dallet)

Qui est la Bête aujourd’hui ? Est ce l’Autre qui nous fait peur ? Est ce la bête en nous qui nous fait craindre de l’autre les pires méfaits ? Comment se déguise t’elle aujourd’hui ? A la fin de l’époque moderne, la Bête a violenté des enfants comme naguère, à la fin de l’Antiquité, les Romains ont décapité les croyants Julien et Privat.  Une moderne mise en scène de l’Histoire pour signifier une persécution d’innocents  et préparer des changements politiques par la terreur ? L’ancienne notion de la « bête immonde » surgit déjà dans l’Ancien testament, comme une incarnation du Mal.

La Bête tuée d’une balle d’argent en 1767,  avait reculé, aux abords des pacages forestiers, devant  la résistance des enfants bergers qui,  réunis en collectif, avaient réussi à tenir  sa férocité à distance.  Comme des enfants, les artistes regardent le monde avec le front têtu de leurs rêves. Ils voient l’indicible et  le traduisent  en images et en sons.

Au XXe siècle, le romancier auvergnat Henri Pourrat ( Histoire fidèle de la Bête du Gévaudan, 1946, illustré  bois gravés de  Philippe Kaeppelin) et d’autres historiens romanciers ont tenté de percer ce mystère jusqu’à ce Pacte des loups  (2001), dont le cinéaste Christophe Ganz a développé la mythologie pour la plus grande curiosité de quelque 6 millions de spectateurs… Laissons l’imagination vagabonder avec le sage Ilpize vers la source des croyances anciennes et apprivoisons la bête pour mieux soigner nos peurs contemporaines…

Sylvie Dallet

La Bête et la balle d’argent(@Sylvie Dallet)

 

 

 

Gestation de l’exposition au Moulin Richard de bas (juillet 2017) : peintures, triboulets et papiers enchantés

Chapeau de mariée (Rosine Astorgue)
La Nuit se fait des cheveux (Sylvie Dallet)

Du 3 juillet au 6 août, huit artistes Foreztiers exposent  des oeuvres nouvelles  sur papier à Ambert,  MOULIN RICHARD de BAS, salle des mésanges :

Rosine Astorgue (SCULPTURES Pâte à papier), Cécile Auréjac (ESTAMPES),  Véro Béné (PEINTURES MIXTES : Bouquets de lézards, Colibris), Sylvie Dallet ( PEINTURES Récits),  Eddy Saint-Martin (PEINTURES MIXTES), Félix Monsonis ( YOUPLALAS animés), Élisabeth Toupet (TISSAGES papier), Franck Watel (DESSINS et pâte à papier)…

Les figures en papier des Youplalas (Félix Monsonis)

Félix Monsonis explique ainsi ses figurines :

« Un Youplala est un triboulet. Triboulet vient du verbe tribouler, ou tribouiller, s’occuper à manier, remuer, agiter (éventuellement agiter dans ses méninges). C’est un jouet ancien composé d’une figurine articulée, peinte à la gouache sur papier du Moulin Richard-Debas et montée sur un perchoir en coudrier. Son montage simple lui permet de faire des acrobaties.

Le Youplala n’est pas une oeuvre d’art au sens d’Andy Warhol. C’est plutôt un objet d’art modeste au sens du MIAM2. Il ne faut pas confondre le Youplala avec le youpala qui est un siège-bébé obsolète…. »

 

Gestation (Sylvie Dallet)

Cette peinture mixte  (acrylique, encre)  a été réalisée par Sylvie Dallet sur papier  à inclusion de Fougères du Moulin Richard de bas et sera exposée lors de l’événement « Les Arts ForeZtiers au Moulin Richard de bas ».

Colibris (Véro Béné, encres et aquarelle)

Cette peinture a été réalisée après le voyage de Véro Béné dans les forêts de Guyane.

Du jardin Lafayette parisien aux prés de Chavaniac


À Paris, au 91 rue des Haies (75020) , l’association Lafayette Accueil fait le lien sur 600 m² de jardin en terrasses entre des riverains et des personnes dans le cadre d’un parcours d’insertion. Ce jardin, situé sur le toit du gymnase de la rue des Vignoles, a été inauguré au printemps 2009 en gestion partagée avec l’association Les jardins du béton, qui ouvre le jardin au public toutes les fins de semaine. Des allées permettent de circuler entre les plantations, une terrasse est en cours d’aménagement, aux deux extrémités du jardin deux haies d’hélianthes forment un écran de verdure. On accède au jardin sur le toit par un escalier extérieur, mais un ascenseur a été aussi prévu pour les personnes à mobilité réduite.  « Ce jardin sur le toit » offre une vue insolite et sans égale sur les toitures de ce quartier du 20e arrondissement.
Le but des « jardins béton » est de créer des conditions favorisant le bien-être et l’autonomie d’un public majoritairement mis à l’écart des échanges économiques et sociaux. Ils sont aussi destinés à cultiver des projets de vie visant à une meilleure insertion sociale et/ou professionnelle et d’éduquer à l’environnement en s’appuyant sur l’universalité des activités liées au domaine du vivant.
À Chavaniac-Lafayette, en ce début de juin, le Conservatoire botanique du Massif Central ouvre ses jardins aux curieux adultes et enfants. Des visites guidées de la flore sont organisées à plusieurs moments de ce mois.

Le parc  du Château, qui a subi  une terrible tempête se régénère peu à peu,  tandis que certains de ses grands arbres, aux prises avec la tornade de mai,  se sont abattus, enchevêtrés.
Aux alentours, les prés sont fauchés sur les chemins qui montent du volcan  du Bracou vers les Sausses. Tout verdoie  désormais en ce printemps   2017 qui a traversé une saison de froidure insolite qui a fait geler les épis de blé.  Faut-il comme naguère à l’initiative du Marquis, donner les semences  aux plus pauvres ?

Musique des plantes

En juillet 2016, le Festival des Arts ForeZtiers recevait  la famille du pépiniériste et expérimentateur musical Jean Thoby. Ils venaient de Gaujac dans les Landes, pour nous expliquer et nous faire entendre la musique des plantes.  La journée qui a mêlé les plantes chanteuses  aux Arts Foreztiers nous a enchantés, tant par le concert de plein air que par la conférence de la salle des fêtes.
Jean Thoby, expérimentateur musinièriste,   continue ses expériences et nous adresse l’annonce d’un exceptionnel concert de plantes au Parc floral de Vincennes le 27 mai 2017,  avec ce texte :

« La musique des plantes est une façon d’associer l’art à la science. En effet, elle permet de donner un nouveau visage à l’électrophysiologie des plantes – un domaine étudié depuis la fin du 18è siècle (par Bertholon, 1783, qui introduisit l’idée « d’électroculture »), mais resté longtemps en veilleuse. C’est comme si la plante recevait un nouveau mode d’expression vers l’extérieur, et qui lui serait propre. De façon plus générale, les chercheurs parlent, au sujet de ces signaux électriques, comme d’un « mécanisme de communication en temps réel entre le physiologiste et la plante, servant à la détection précoce d’un stress subi par celle-ci » (Luis A. Gurovich, Universidad Católica de Chile, 2012).

Et ce qu’elle exprime – une fois mis en musique – suscite une troublante émotion chez celui qui l’écoute. Est-ce parce que la plante pulse non-seulement en fonction de ce qui arrive dans son milieu de vie immédiat, mais aussi en fonction des grands cycles astronomiques qui conditionnent tout être vivant, l’humain y compris ? Les travaux de Peter Barlow (2012) – publiés sous le titre Moon and Cosmos : Plant Growth and Plant Bioelectricity dans l’ouvrage « Plant Electrophysiology » (P.Volkov 2012) – permettent de le croire. »

E. Zürcher, Prof.em., Dr. sciences naturelles, Ingénieur forestier EPFZ

Vous pouvez consulter le programme du 27 mai sur ce lien :

https://www.pepiniere-botanique.com/blog/musique-des-plantes-festival-international/

Un lien vers une musique de GORDONIA : ( extrait très différent du Camellia de notre site)
https://www.dropbox.com/s/wtkqwq0g7yrzsng/GORDONIA%20lasianthus.mp3?dl=0