Forêts russes

L’Homme qui a surpris tout le monde (Человек, который удивил всех) est un film russe réalisé par Natalia Merkoulova et Alexeï Tchoupov, sorti en 2018. Il se déroule dans la forêt sibérienne : un garde forestier, diagnostiqué cancéreux et incurable se fie à un récit ancien d’une chamane qui lui suggère de « tromper la mort ».

Au travers cette intrigue qui part d’une anecdote, se déroule le mystère des forêts russes, à la fois présence magnifique et reflet de l’intériorité touffue, mais dont la connaissance précise nous fait défaut. nous avons entendu parler des « forêts rouges », issues de la catastrophe de Tchernobyl, forêts irradiées qui brûlent régulièrement chaque été dans l’indifférence générale (pour exemple l’exposé d’Alain Gilles Bastide en 2015 lors du Festival des Arts ForeZtiers) .

Nous savons aussi qu’autour du la Baïkal, les communautés Bouriates continuent des rites chamaniques colorés. Nous avons connaissance de la magnificence des forêts russes au travers de bribes de films traversés par des trains : Docteur Jivago en est un bel exemple, écrit par Boris Pasternak en 1957 et adapté au cinéma par David Lean en 1965, succès mondial de l’édition et du cinéma tout à la fois.


Parmi les peintres, nous avons tous en mémoire les ours, surpris au matin dans une forêt de pins, par Ivan Chichkine, sans doute son tableau le plus connu car sa reproduction enveloppe désormais les bonbons dont les écoliers russes raffolent. Ivan Chichkine (1832-1891) est un peintre forestier dont le talent donne le vertige.

Un bel article de Jean Pinon, « Forêt, arbres et arbustes russes », (in Revue Forestière, Fr. LXX – 1-2018 – © AgroParisTech) recense les occurrences des arbres dans la peinture russe contemporaine et, particulièrement celle des Ambulants, qui à la fin du XIXe siècle ont refusé les thèmes mythologiques ou religieux imposés par le pouvoir, pour présenter les paysages de la Russie, et, particulièrement sa touffeur sylvestre.

Il écrit : « Les peintres russes ont beaucoup travaillé dans la forêt boréale autour de Moscou (Abramtsevo), de Saint-Pétersbourg (Peterhof, la Neva et ses affluents) et l’île de Valaam (Carélie). En Crimée, leurs sites favoris étaient Alupka, Gursuf et Bakhtchissaraï. Les principales essences forestières représentées par les peintres russes sont, par ordre décroissant de fréquence : le Bouleau (38,8 % du total des essences majeures), l’Épicéa (22,7 %), le Pin (14,0 %), le Chêne (7,9 %), le Cyprès (6,3 %), le Peuplier (4,8 %), le Saule (4,8 %) et le Hêtre (0,6 %). Elles représentent les deux tiers des œuvres russes inventoriées. (…) Les peintres russes se sont intéressés à toutes sortes de dommages subis par les arbres. Il s’agit souvent d’adversités climatiques. Plusieurs toiles illustrent les dommages dus au vent. Savrassov, dans Après l’orage a peint un arbre couché en partie par le vent, Nikolaï Georgievich Makovski (Bois en été) montre un chablis, Klever (La Forêt) associe chablis et volis. Kontchalovski (Les Arbres dénudés) suggère une défeuillaison et quelques rameaux cassés. Ce dernier illustre aussi le givre couvrant un feuillu (Arbre givré) et la défeuillaison consécutive au déficit hydrique (Sécheresse). La foudre tombée sur un arbre est suggérée par Maxime Nikiforovich Vorobiev dans une œuvre dépouillée et très esthétique (La Tempête. Le Chêne foudroyé). Polenov a illustré l’incendie de forêt (La Forêt brûlée). Dans Cimetière forestier, Chichkine montre de nombreux troncs d’épicéa au sol, couverts de neige, sans que la cause soit précisée.

Le plus productif est Ivan Ivanovitch Chichkine (1832-1898), peintre de la forêt boréale et aussi le plus figuratif de tous. Certaines de ses peintures sont si précises qu’elles pourraient être confondues avec des photographies. Ses contemporains l’ont, à juste titre, surnommé le Titan de la forêt. Ivan Nikolaïevitch Kramskoï l’a peint en 1873 dans une tenue bien adaptée au travail en forêt. La précision de son trait et le souci du détail suggèrent une observation attentive in situ. Il a surtout peint des chênes (généralement vénérables développés sans concurrence en espace ouvert), des pins (sylvestres) et de remarquables pinèdes, parfois des épicéas, des bouleaux. Sa réputation se traduisit par l’édition de plusieurs timbres russes, l’un le représentant en portrait et d’autres montrant certains de ses tableaux (Matin dans une forêt de pinChamp de seigle, Dans le Nord sauvage). La Guinée et le Mozambique lui ont aussi dédié des timbres. »

Nous avions reçu en 2018 et 2019, la peintre Olga Kataeva, qui est aussi une spécialiste d’Eisenstein, actuellement à l’honneur dans la future exposition du Centre Metz Beaubourg. Nous espérons sur le village de Chavaniac-Lafayette, le lieu du Festival de création, admirer encore plus la relation que les populations russes et non-russes ont tissé avec la forêt nourricière, thème de notre prochain Festival 2020.

Babayagas, l’ours Michka, contes russes et mystères des confins forestiers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.