L’arbre vivant et l’arbre mort de l’église orthodoxe

 Myriam Wazé envoie ces photos et texte :

« Chaque fois que je vais assister à un office dans cette petite église orthodoxe russe, je ne cesse de m’émerveiller devant l’originalité de ces deux troncs d’arbre qui semblent faire partie de la charpente. La minuscule église du 91 rue Lecourbe (Paris) a été construite autour de ces arbres dans les années 1920. De l’un, il n’en reste que le tronc, mais l’autre est bien vivant puisque on aperçoit la partie haute qui dépasse de la toiture.arbre orthodoxe 1

Le revêtement intérieur de l’église,  en lambris de bois foncé, les icônes en bois peint confèrent à ce lieu une sérénité apaisante et  enveloppante.

Et cet arbre qui a été sauvegardé a quelque chose de quasi sacré, puisqu’il représente la vie, rendant comme sensible la présence divine.C’est une représentation insolite et inattendue de la présence d’un arbre dans un lieu où on ne l’attend pas. Il agit sur moi puisqu’il évoque la Russie, la taïga et ses forêts…

Toute la présence du vieil arbre mort et de celui qui est vivant concourt à un ressenti mystique, si typique de ces sombres églises orthodoxes. L’odeur de cire brûlée des petits cierges renforce une forme d’élévation spirituelle, comme si cet arbre vivant devait manifester une forme de vie, côtoyant la mort et le souvenir des défunts.aebre orthodoxe 2

Ce sont plus des impressions personnelles que philosophiques qui me permettent de me sentir bien dans ce lieu. Est ce due à la seule présence de ces deux arbres ? Mais à coup sûr, ils rendent vivante cette église qui n’est ouverte que lors des offices. »

 

Une réflexion au sujet de « L’arbre vivant et l’arbre mort de l’église orthodoxe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.