Noailles en Haïti : le village qui forge son destin

Cet été, le village artistique de Noailles  (Croix des Bouquets) en Haïti va être lié  au village de Chavaniac-Lafayette par une expérience créative qui explore le thème de Bestiaire enchanté. Cette initiative puise ses racines dans un passé très lointain, comme une résurgence inattendue : en effet, le village haïtien proche de la capitale  Port au Prince,  tire son nom d’une propriété coloniale des Noailles (famille de l’épouse de Lafayette, Adrienne de Noailles) du XVIIIe siècle. Lors de la Révolution française , Gilbert et son épouse Adrienne ont oeuvré pour l’abolition de l’esclavage en Guyane et aux Antilles, luttant contre les intérêts mêmes de leur famille.  L’histoire de l’ile porte aussi la trace ancienne du gouvernorat amérindien de la poétesse Anacaona (ce qui signifie Fleur d’or, en langue Taïnos) pourchassée puis pendue  en 1504 par l’armée espagnole d’occupation laissée en Haïti par Christophe Colomb. À l’époque, l’île d’Haïti (« terre des hautes montagnes » en langue Taïnos) très boisée, servait de territoire de chasse. En 1804, l’île francophone devint, quatre cents ans près le martyre d’Anacaona, la première république noire indépendante.

Jean-Eddy Rémy : Bizango

Le Festival  des Arts ForeZtiers accueille cette année pour la première fois le forgeron Jean-Eddy RÉMY, présenté par l’association Zetwal (art & artisanat solidaires). Sept œuvres en métal sculpté (feuille de tôle transformée d’un baril) sont créés par Jean-Eddy RÉMY autour du conte vaudou « Tezen nan dlo ». Les amours d’une humaine et d’une homme-sirène seront mis en scène par Jean Eddy RÉMY et Mathias CAZIN (Zetwal) près de la source fontaine du village natal de Lafayette.

L’expérience du Village de Forgerons de Noailles (quatre-cent artistes métal, dont sept femmes), crée en 2010 par Jean-Eddy Rémy, perpétue la technique inventive (boss métal) crée en 1953 par le forgeron Georges Liautard. En 2009, au village de Noailles, un musée dédié à Georges Liautaud (1899-1991) a été inauguré. Ce forgeron haïtien façonnait des croix peu communes pour les tombes du cimetière, ainsi que des sculptures, à partir de métal récupéré sur des bidons. Depuis, l’art du fer découpé est devenu une tradition d’Haïti, reconnue internationalement. Une vidéo a été réalisée  en 2009 par le cinéaste Arnold Antonin  relate l’essor artistique de ce village : La sculpture peut-elle sauver le village de Noailles ou Les Boss métal de la Croix des Bouquets….

Partenariat Zetwal : http://espritzetwal.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.