Felix Monsonis : l’olivier

 

L’arbre du milieu dIMG_5727u monde

L’olivier:
L’arbre de la paix perpétuelle?
C’est de l’histoire kantienne!
Le rameau a grandi,
Le voici:
Arbre de l’Eternel Conflit.

Il n’est pas besoin de le nommer,
Il est connu de tous:
On l’appelle « La Mère des Conflits ».

C’est la signature d’une paix impossible,
D’une réconciliation toujours reportée,
D’une maladie orpheline
Ignorée par la Médecine.
Ici, c’est l’Allochtone,
Impur parmi les Purs
Et les Durs, les Autochtones…
Et ceux venus jadis des Amériques.

Mais là-bas, qu’en est-il?

IMG_5735Tout comme le moine, religieux
Du troisième ordre de Saint-François
Venu l’été de Lombardie,
Sorti de sa maison
Dans son habit ordinaire,
Pour accueillir les visiteurs,
Et leur indiquer le chemin
De la Pensée Sauvage,
A Pébrac,
L’Arbre de l’Eternel Conflit,
C’est une peinture rupestre,
Ephémère,
C’est du street art
Nuitamment réalisé,
A la craie et au charbon
Sur les enduits aléatoires des maisons,
Et l’écorce des arbres
De Chavaniac

1 réflexion sur « Felix Monsonis : l’olivier »

  1. Le dramaturge libanais Roger Assaf envoie aux Arts ForeZtiers, cette phrase du poète Elias Sanbar :
    « Certains dictons palestiniens disent le lien qui s’est tissé entre l’arbre et l’homme qui partagent un même attachement à leur terre. Les anciens disent que ce n’est pas nous qui possédons l’olivier mais, lui nous possède et qu’il « est l’arbre qui ne te déçoit jamais …”
    (“Dictionnaire amoureux de la Palestine”, Elias Sanbar)

Répondre à DALLET Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.