Diane Cazelles, entre l’Afrique et St Ilpize

Céline Mounier  rencontre Diane Cazelles, journaliste (photographie et écriture), peintre, organisatrice de résidences d’artistes, passionnée d’Auvergne et d’Afrique, respectueuse des libertés créatrices que la belle mémoire entraîne…

« Après rapides échanges de mails, nous nous sommes donné rendez-vous par téléphone un matin. Nous avons chacune volé du temps, une demi-heure pas plus, toutes les deux affairées dans nos travaux du moment et nos contingences. Diane me parle d’emblée de la Résidence Artistique au Château de Saint-Ilpize, un laboratoire de créations pluridisciplinaires et de rencontres. Très vite et en donnant envie de le découvrir sans tarder, en patientant jusqu’en août quand même. Je lui demande une webographie pour me plonger dans ses travaux, les découvrir, cheminer dans un parcours tissé de paysage, de personnes et d’un haut-lieu en particulier, Saint-Ilpize. Saint-Ilpize, je prends plaisir à répéter encore ce nom, ça y est, j’ai découvert le lieu, par la seule magie du web pour l’heure, pas encore avec mon corps. Nous poursuivons notre conversation dans un café de bon matin toujours, l’air parisien est mi-pollué, mi-tropical.

ST Ilpize par Pierre Faucher

Céline Mounier : Diane, peux-tu nous dire quelques mots de cette résidence, qui se tiendra du 6 au 12 août prochain  à St Ilpize?

Diane Cazelles : Oui, il est un lieu haut perché et volcanique en Auvergne. La Résidence a lieu dans la chapelle du château, en fait sur le site du château. J’aime ce lieu. J’aime investir des hauts-lieux. Le patrimoine, c’est important pour moi et l’art ravive l’histoire. J’ai un jour investi le Cloître de Lavaudieu dont un Christ est pour une partie de lui à Paris, pour l’autre à New-York. Il y avait une histoire tragique à raconter dans ce lieu. Pour revenir au château de Saint-Ilpize, le voici, ici peint par mon meilleur ami et artiste Pierre Faucher, décédé en 2016.

Le principe de la Résidence est le suivant : les artistes arrivent, se mettent à l’ouvrage, créent ensemble et le dernier jour, la création est là. Voici le thème de cette année : “Bal des Grotesques ! Danses païennes et contemporaines, la mythologie recomposée et les rites perpétués”. Le dernier jour est dernier et vernissage.

CM : Quand je lis le titre de cette année, le Bal des Grotesques,  je comprends que le sujet, c’est la danse de l’Histoire…

DC : Les danses donnent à penser le monde. La danse avec les autres arts, et on ne sait pas dire à l’avance si c’est elle qui mènera la danse. D’ailleurs, il n’en est pas question. Les artistes mèneront la danse. Les créations se font au rythme des visiteurs et de leurs pas et arrêts, et qui qui sait si cela n’imprimera pas le rythme de la danse. Et qui sait s’il y aura de la danse d’ailleurs ! L’événement fonctionne comme un laboratoire de création. Tu sais, je suis aussi très intéressée par les squats. J’ai écrit Made in banlieue, je te le prêterais à l’occasion, on retrouve quelque chose de l’esprit des squats à Saint-Ilpize. L’année dernière, il y a eu Eddy, il y a eu Gaëlle, et tous les autres, il y a nos histoires, la mienne de journaliste en Afrique par exemple, qui croisent les Histoires, celle de la Vierge Noire par exemple. Qui sait quel Bal nous produirons cette année ? Nul ne sait.

CM : Quel est ton rôle dans l’aventure de Saint-Ilpize ? Tu noteras que je prends plaisir à prononcer ce nom à lui seul enchanteur !

DC : J’ai initié la résidence en 2014. C’était au départ comme un défi d’une volonté d’amis. Je l’ai conçu comme un laboratoire d’emblée où nous partageons ensemble nos envies créatives. On retrouve cet esprit au festival des Arts Foreztiers.

CM : Je peux voir tes peintures ?

DC : Tiens, je t’en envoie et tu choisis. Les bois m’inspirent. Les personnes m’inspirent.

CM : Je choisis celles-ci !

CM : En 2017, le thème était La Bête du Gévaudan, http://lesartsforeztiers.eu/les-artistes-et-la-bete/ ‎veux-tu nous en parler ?

DC : C’était la première fois depuis 2014 qu’un thème était proposé. Le Gévaudan célébrait le 250ème anniversaire de la mort de la bête. Il y a de la peur et des fantasmes, de l’animalité et de l’humanité dans cette histoire. Elle a fait couler beaucoup d’encre. C’est une histoire incroyable qui n’est toujours pas résolue.

CM : J’ai lu cet article dans La Montagne https://www.lamontagne.fr/brioude/loisirs/art-litterature/2017/08/10/la-petite-chapelle-du-chateau-accueille-une-dizaine-de-createurs-jusqua-dimanche_12512386.html

DC : Oui, Franck Watel et Eddy Saint-Martin s’affairaient à finaliser leur “piège à bête”, une installation où artistes et visiteurs étaient invités à rejouer la mort de la Bête devant une caméra.

CM : Puis, à Brioude, les artistes se sont réunis, regarde, j’ai mes sources : http://lesartsforeztiers.eu/la-bete-du-gevaudan-suite-et-fin/, et, à nouveau, il était possible d’écouter la musique de Liam Morrissey. Te souviens-tu de quel morceau il jouait ce jour-là ?

DC : Avec Pascal, Liam a composé ce morceau. De l’improvisation… à Bach, Liam va avec son violoncelle et joue librement. Surprenant et magnifique !

CM : La bête du Gévaudan reviendra-t’elle au Bestiaire enchanté en juillet ?

DC : Je ne crois pas. Ce qui sera important pour moi à Chavaniac, ce sera la forêt. Je pense que je vais travailler sur l’éphémère. L’éphémère pour dire la fragilité de toutes les bestioles. Je souhaite être dans la forêt. La forêt est mon refuge. Elle m’appelle. Je souhaite l’investir à Chavaniac sur l’éphémère pour dire quelque chose du monde comme il va.

CM : En somme, avec l’éphémère, tu nous parles de résistance.

DC : Oui. Avoir l’ambition de sauver le monde tue, mais travailler, ça suffit pour sauver son monde. Ce n’est pas lui qui dira le contraire dans sa danse mi – païenne des terres volcaniques, mi-africaine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.