Un poème de Pasternak : L’orchis des bois

« La pluie vient de passer dans ce coin de forêt,
Et comme un arpenteur a laissé ses repères.
Une cuiller d’argent pend au bout du muguet,
L’eau s’est glissée dans les oreilles des molènes.
 
L’ombre fraiche des pins les dorlote à l’écart,
Et leurs lobes s’étirent chargés de rosée,
Le jour ne leur plait pas, chacune pousse à part,
Et même leur odeur, une à une est versée. (…)

La violette assoupie donne à tout son odeur,
Aux êtres, aux années. Aux pensées. Aux instants
Qu’on a pu préserver de la vie antérieure,
Et aux dons à venir que le destin nous tend ».

Boris Pasternak (1927, traduction française : Alain Thévenard, édition Gallimard)

Poème choisi par Sylvie Dallet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.